mercredi, mars 25, 2009

25 mars: Solennité de l'Annonciation du Seigneur

Evangile de Jésus-Christ selon saint Luc 1,26-38.
L'ange Gabriel fut envoyé par Dieu dans une ville de Galilée, appelée Nazareth,
à une jeune fille, une vierge, accordée en mariage à un homme de la maison de David, appelé Joseph ; et le nom de la jeune fille était Marie.
L'ange entra chez elle et dit : « Je te salue, Comblée-de-grâce, le Seigneur est avec toi. »
A cette parole, elle fut toute bouleversée, et elle se demandait ce que pouvait signifier cette salutation.
L'ange lui dit alors : « Sois sans crainte, Marie, car tu as trouvé grâce auprès de Dieu.
Voici que tu vas concevoir et enfanter un fils ; tu lui donneras le nom de Jésus.
Il sera grand, il sera appelé Fils du Très-Haut ; le Seigneur Dieu lui donnera le trône de David son père ;
il régnera pour toujours sur la maison de Jacob, et son règne n'aura pas de fin. »
Marie dit à l'ange : « Comment cela va-t-il se faire, puisque je suis vierge ? »
L'ange lui répondit : « L'Esprit Saint viendra sur toi, et la puissance du Très-Haut te prendra sous son ombre ; c'est pourquoi celui qui va naître sera saint, et il sera appelé Fils de Dieu.
Et voici qu'Élisabeth, ta cousine, a conçu, elle aussi, un fils dans sa vieillesse et elle en est à son sixième mois, alors qu'on l'appelait : 'la femme stérile'.
Car rien n'est impossible à Dieu. »
Marie dit alors : « Voici la servante du Seigneur ; que tout se passe pour moi selon ta parole. » Alors l'ange la quitta.

Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris

jeudi, mars 19, 2009

Ce qu'a dit le Pape dans l'avion...

Nous donnons à présent à nouveau la parole à une voix française : c'est notre collègue Philippe Visseyrias de France 2.

Q - Votre Sainteté, parmi les nombreux maux qui affligent l'Afrique, il y a également en particulier celui de la diffusion du SIDA. La position de l'Eglise catholique sur la façon de lutter contre celui-ci est souvent considérée comme n'étant pas réaliste et efficace. Affronterez-vous ce thème au cours du voyage ?

R - Je dirais le contraire : je pense que la réalité la plus efficace, la plus présente sur le front de la lutte conte le SIDA est précisément l'Eglise catholique, avec ses mouvements, avec ses différentes réalités. Je pense à la Communauté de Sant'Egidio qui accomplit tant, de manière visible et aussi invisible, pour la lute contre le SIDA, aux camilliens, à toutes les sœurs qui sont à la disposition des malades... Je dirais qu'on ne peut pas surmonter ce problème du SIDA uniquement avec des slogans publicitaires. Si on n'y met pas l'âme, si on n'aide pas les Africains, on ne peut pas résoudre ce fléau par la distribution de préservatifs : au contraire, le risque est d'augmenter le problème. La solution ne peut se trouver que dans un double engagement : le premier, une humanisation de la sexualité, c'est-à-dire un renouveau spirituel et humain qui apporte avec soi une nouvelle manière de se comporter l'un avec l'autre, et le deuxième, une véritable amitié également et surtout pour les personnes qui souffrent, la disponibilité, même au prix de sacrifices, de renoncements personnels, à être proches de ceux qui souffrent. Tels sont les facteurs qui aident et qui conduisent à des progrès visibles. Je dirais donc cette double force de renouveler l'homme intérieurement, de donner une force spirituelle et humaine pour un juste comportement à l'égard de son propre corps et de celui de l'autre, et cette capacité de souffrir avec ceux qui souffrent, de rester présents dans les situations d'épreuve. Il me semble que c'est la juste réponse, et c'est ce que fait l'Eglise, offrant ainsi une contribution très grande et importante. Nous remercions tous ceux qui le font.(source)

mercredi, mars 18, 2009

Il en parle enfin, pour le plus grand bonheur de tous

Ça y est! Il l'a dit!! Qui a dit quoi? Le Pape a dit qu'on ne peut "régler le problème du sida avec la distribution de préservatifs. Au contraire, leur utilisation aggrave le problème". L'interview a été diffusée dans le journal de David Pujadas hier soir.

Et pour la première foi on a pu entendre des journalistes disant que c'était la première fois qu'un Pape condamnait explicitement le préservatif, alors qu'avant l'Eglise ne parlait que de fidélité et de chasteté. C'est la première fois depuis 15 ou 20 ans que dure la polémique que les médias le reconnaissent. Jusqu'à présent le Pape et l'Eglise étaient accusés d'interdire le préservatif, et bien qu'on dise que non, le Pape n'en a jamais parlé, et bien l'argument ne perçait pas. Voilà qui est fait.
Le reportage était partial, puisqu'on montre le Pape qui lit la phrase précitée, on montre un type qui dit que ce n'est pa bien de la part du Pape de dire cela, avec ses arguements, mais après la doctrine catholique n'a jamais été exposée. Il n'y avait pas de catholique interviewé pour expliquer les propos du Pape. Peut-être qu'il n'y en avait pas sous la main, mais depuis le temps qu'existe la polémique, les journalistes devraient être documentés.

Et aujourd'hui commence la curée. C'est un réflexe pavlovien: le Pape rappelle la doctrine de l'Eglise, on lui tombe dessus à bras raccourcis. Cela me rappelle l'histoire d'un charpentier galiléen il y a 2000 ans...

Alors bien sûr, on entend que le Pape serait irresponsable de dire cela, c'est un criminel etc. On ne voit pas d'arguments, seulement des invectives.

Voici quelques réflexions sur le sujet, en vrac:

  • Le Pape s'adresse aux catholiques dont il est le chef. Les autres se fichent manifestement de son enseignement (ce qu'on voit tous les jours en France), et son libres de faire ce qu'ils veulent. J'ai même la faiblesse de croire qu'un catholique qui ne prête pas attention à l'enseignement de l'Eglise sur la fidélité ne l'écoutera pas beaucoup non plus s'il incite à l'utilisation du préservatif.

  • Pour que le message du Pape ait un impact négatif en Afrique, il faudrait pour commencer que les africains aient un accès facile aux préservatifs... Est-ce le cas? Ou est-ce que cet accès est déjà limité pour des problèmes de logistique et de prix? Mgr Di Falco nous donne une indication dans ce sens:
    "Malheureusement, dans certains pays d'Afrique parce qu'ils n'ont pas les moyens de se procurer les préservatifs, ils vont les utiliser plusieurs fois ou à plusieurs." (source)

  • L'Afrique du Sud est un pays terriblement touché par le SIDA et est en très grande majorité protestant; les catholiques ne représentent que 7.1% de la population. Le message du Pape aura-t-il une influence là-bas? A l'inverse, l'Ouganda est un pays à majorité catholique, et là-bas le SIDA régresse.

  • On peut voir en Croatie (qui n'est certes pas un pays africain, mais très catholique) un bel exemple de lutte contre le SIDA par la fidélité.

  • Il y a un racisme certain à voir dans les Africains des gens incapables de maîtriser leur corps, ce qui sous-tend le message de nos donneurs de leçon.

  • Plus généralement, le préservatif aggrave le problème; en effet il contribue à une culture qui réduit l'autre à un bien de consommation, il importe l'esprit consumériste dans la sexualité, qu'il n'apprend pas à contrôler. Ainsi, quand deux personnes veulent avoir un rapport sexuel, combien vont s'abstenir s'ils se rendent compte à la dernière minute qu'il n'y pas de préservatif sous la main? Combien vont passer outre, en jouant à la roulette russe? Combien vont sortir chercher un distributeur pour acheter un préservatif?



PS: je viens de lire que les évêques africains défendent le Pape. Ils sont à mon avis mieux placés que nos médias et politicards pour connaître la situation locale.

mercredi, mars 11, 2009

Linz, est-ce toujours un diocèse catholique?

Pardonnez-moi un titre si mauvais, mais c'est le sentiment que j'ai après avoir lu les nouvelles du diocèse de Linz sur Catholic Church Conservation... C'est vraiment dommage que Mgr Wagner ait été obligé de démissionner.

Voilà un florilège de ce qui se passe dans ce diocèse. J'avais écrit qu'il avait besoin d'être repris en main. Voilà quelques éléments de preuve (et de scandale):
  • L'abandon de Mgr Wagner de sa future charge d'évêque: quelques heures avant d'annoncer sa décision de refuser la charge d'évêque, le Père Wagner a été confronté, par son évêque Mgr Ludwig Schwartz, à une rumeur disant qu'il aurait payé une femme pour pratiquer un avortement quelques années auparavant. Il a été tellement choqué par ces allégations qu'il a demandé au Pape de ne pas devenir évêque; ce qui n'est évidemment pas une reconnaissance de faute.

  • Un prêtre magicien, qui utilise ses tours de magie (prestidigitation) pour attirer les gens à l'église, qui ne voit rien de mal dans l'occultisme, encense Harry Potter et béni des couples homosexuels pour la Saint-Valentin!

  • Une espèce de prêtresse("assistante pastorale") à St François, Wels, qui bénit les paroissien en invoquant Dieu, Père et Mère!

    On peut voir l'accueil "liturgique" de cette dame/demoiselle ici (on notera que la croix est remplacée par une branche d'arbre).


Ça n'a pas l'air d'être de la tarte d'être fidèle à la foi catholique là-bas...