lundi, février 20, 2006

Simon de Cyrène crucifié ?

Tout chrétien croit que Jésus a été crucifié, est mort pour nous sauver, et enfin est ressucité. C'est la base de notre foi.

Cependant, il se trouve des théories comme quoi ce serait Simon de Cyrène (à ne pas confondre avec Simon-Pierre, l'apôtre) qui a été crucifié, à la place de Jésus. Etrange, n'est-ce pas? Il m'est arrivé plusieurs fois de trouver cette histoire mentionnée dans les livres d'ésotérismes, à l'époque où j'en lisais.

Ces théories permettent d'expliquer pourquoi Jésus n'est pas descendu de la croix alors qu'il en avait le pouvoir, et d'expliquer la Résurrection au mieux par un malentendu, au pire par la supercherie.

D'où cela vient-il? D'un apocryphe? D'une révélation privée? D'un mensonge?

Ne sachant par où commencer, je suis aller chercher dans la Bible où l'on parle de Simon de Cyrène.

Juste pour faire de vous une lumière, un grand maître de l'ésotérisme, qui sait lire le sens caché de la Bible que l'Eglise à complètement ignoré ou pire, maintenu secret depuis 2000 ans pour asseoir son pouvoir sur les masses ignorantes, je vais citer les évangiles du dernier au premier.

Jean ne parle pas de Simon de Cyrène.

Quand ils l'emmenèrent, ils mirent la main sur un certain Simon de Cyrène qui revenait des champs, et le chargèrent de la croix pour la porter derrière Jésus. Une grande masse du peuple le suivait, ainsi que des femmes qui se frappaient la poitrine et se lamentaient sur lui. Mais, se retournant vers elles, Jésus dit : "Filles de Jérusalem, ne pleurez pas sur moi ! pleurez plutôt sur vous-mêmes et sur vos enfants ! Car voici venir des jours où l'on dira : Heureuses les femmes stériles, les entrailles qui n'ont pas enfanté, et les seins qui n'ont pas nourri ! Alors on se mettra à dire aux montagnes : Tombez sur nous ! et aux collines : Couvrez-nous ! Car si l'on traite ainsi le bois vert, qu'adviendra-t-il du sec ?" On emmenait encore deux malfaiteurs pour être exécutés avec lui. Lorsqu'ils furent arrivés au lieu appelé Crâne, ils l'y crucifièrent ainsi que les malfaiteurs, l'un à droite et l'autre à gauche. Et Jésus disait : "Père, pardonne-leur : ils ne savent ce qu'ils font." Puis, se partageant ses vêtements, ils tirèrent au sort. (Lc 23, 26-34)

Chez Luc, donc, c'est évident que c'est Jésus qui est crucifié.

Et ils requièrent, pour porter sa croix, Simon de Cyrène, le père d'Alexandre et de Rufus, qui passait par là, revenant des champs. Et ils amènent Jésus au lieu dit Golgotha, ce qui se traduit lieu du Crâne. Et ils lui donnaient du vin parfumé de myrrhe, mais il n'en prit pas. Puis ils le crucifient et se partagent ses vêtements en tirant au sort ce qui reviendrait à chacun. (Mc 15, 21-24)

Pareil chez Marc, c'est bien Jésus qui est crucifié.

Voyons Matthieu, maintenant (roulements de tambour, s'il vous plaît):

En sortant, ils trouvèrent un homme de Cyrène, nommé Simon, et le requirent pour porter sa croix. Arrivés à un lieu dit Golgotha, c'est-à-dire lieu dit du Crâne, ils lui donnèrent à boire du vin mêlé de fiel ; il en goûta et n'en voulut point boire. Quand ils l'eurent crucifié, ils se partagèrent ses vêtements en tirant au sort. (Mt 27, 32-35)

Et voilà! Vous avez vu? C'est bien Simon de Cyrène qui a été crucifié! Vous et moi sommes devenus des initiés, qui connaissent le sens caché de la Bible. Nous pouvons maintenant illuminer les masses!

Trève de plaisanterie.

Comme c'est chez Matthieu qu'une lecture troublante apparaît, il nous faut relire cet évangile, mais de façon un peu plus large. Pour mieux comprendre, je propose que l'on délimite notre champ de recherche aux deux occurences du Nom les plus proches des versets précédemment cités:

Alors les soldats du gouverneur prirent avec eux Jésus dans le Prétoire et ameutèrent sur lui toute la cohorte. L'ayant dévêtu, ils lui mirent une chlamyde écarlate, puis, ayant tressé une couronne avec des épines, ils la placèrent sur sa tête, avec un roseau dans sa main droite. Et, s'agenouillant devant lui, ils se moquèrent de lui en disant : "Salut, roi des Juifs !" et, crachant sur lui, ils prenaient le roseau et en frappaient sa tête. Puis, quand ils se furent moqués de lui, ils lui ôtèrent la chlamyde, lui remirent ses vêtements et l'emmenèrent pour le crucifier.
En sortant, ils trouvèrent un homme de Cyrène, nommé Simon, et le requirent pour porter sa croix.
Arrivés à un lieu dit Golgotha, c'est-à-dire lieu dit du Crâne, ils lui donnèrent à boire du vin mêlé de fiel ; il en goûta et n'en voulut point boire. Quand ils l'eurent crucifié, ils se partagèrent ses vêtements en tirant au sort. Puis, s'étant assis, ils restaient là à le garder. Ils placèrent aussi au-dessus de sa tête le motif de sa condamnation ainsi libellé : "Celui-ci est Jésus, le roi des Juifs."
(Mt 27, 27-37)

J'ai mis en gras tout ce qui a trait à Jésus. On voit donc qu'avant le verset 32, qui mentionne Simon de Cyrène, Matthieu n'utilise que des pronoms personnel ou des adjectifs possessifs pour se référrer à Jésus. C'est sa façon d'écrire, il aurait pu écrire "Jésus" plus souvent, mais il ne l'a pas fait. Il continue donc dans son style aux versets 32 et suivants, et cela renvoie à Jésus.

Donc Matthieu nous indique bien que c'est Jésus qui est crucifié, et personne d'autre.

Supposons cependant, juste pour nous amuser, que la lecture de Matthieu où l'on croit comprendre que Simon a été crucifié en lieu et place de Jésus soit la bonne (thèse des ésotéristes). Voyons où cela nous mène.

Imaginons la scène. Jésus est rouge de sang, sa tunique est tâchée, à cause des plaies dûes à la flagellation. Il est méconnaissable à cause des coups reçus au visage. Il porte la couronne d'épine. Et il porte sa croix. Il y a autour de lui des soldats romains qui s'assurent qu'il monte au Golgotha, et il y a la foule qui crache sa haine pour certains, qui crie sa compassion pour d'autres.
Jésus est là, il est très souffrant et ne peut plus avancer. Les soldats réquisitionnent Simon pour porter la croix à la place de Jésus. Peut-être par pitié, mais plus probablement pour ne pas perdre trop de temps en chemin. Jésus est tout sanglant, Simon est sans doute fatigué, car il revenait des champs, mais il n'est pas sanguinolant avec une couronne d'épines sur la tête.
Donc à moins que les soldats aient été vraiment incompétents, je doute fort qu'ils aient laissé s'échapper dans la foule un condamné ensanglanté portant une couronne d'épines, et qu'ils crucifient quelqu'un de frais comme un gardon à la place. D'autant plus que les ennemis de Jésus devaient suivre le chemin vers le Golgotha, et ne se seraient pas priver d'alerter les soldats si leur opposant s'échappait.

Donc il n'est pas raisonnablement possible que Simon ait été crucifié à la place de Jésus. De plus, soutenir ceci ferait de Jésus un lâche qui laisse un autre être crucifié à sa place. C'est extrêmement blasphématoire, on ne peut se prétendre chrétien et soutenir une telle thèse.

Supposons que le raisonnement précédent ne tienne pas et que, les soldats ayant été incompétents, Simon a été crucifié à la place de Jésus.

Imaginons donc Simon crucifié, avec, à distance, des femmes qui suivaient Jésus depuis la Galilée, dont Marie-Madeleine (Mt 27, 55-56; Mc 15, 40-41;), et Jean et Marie, la mère de Jésus au pied de la croix (Jn 19, 25). Simon n'a pas eu le visage frappé par les soldats: il est reconnaissable. Il est difficile de croire que la mère de Jésus et ceux qui le connaissent depuis la Galilée aient été dupés par l'échange de personnes.

Là encore, cette thèse de la non-crucifixion de Jésus n'est pas satisfaisante. Si elle était vraie, elle ferait de Jésus un monstre trompeur, car il ferait croire à ses disciples et même à sa mère qu'il est mort crucifié, leur infligeant des souffrances inutiles. Il deviendrait un fils indigne. C'est insultant et absurde. Peut-on prétendre être disciple de Jésus en soutenant une telle thèse?

Jésus a annoncé à plusieurs reprises qu'il allait souffrir sa Passion et être tué:

A dater de ce jour, Jésus commença de montrer à ses disciples qu'il lui fallait s'en aller à Jérusalem, y souffrir beaucoup de la part des anciens, des grands prêtres et des scribes, être tué et, le troisième jour, ressusciter. (Mt 16, 21)

Comme ils se trouvaient réunis en Galilée, Jésus leur dit : "Le Fils de l'homme va être livré aux mains des hommes, et ils le tueront, et, le troisième jour, il ressuscitera." Et ils en furent tout consternés. (Mt 17, 22-23)

"Voici que nous montons à Jérusalem, et le Fils de l'homme sera livré aux grands prêtres et aux scribes ; ils le condamneront à mort et le livreront aux païens pour être bafoué, flagellé et mis en croix ; et le troisième jour, il ressuscitera." (Mt 20, 18-19)

Donc, si on soutient la thèse de la crucifixion de Simon de Cyrène, ou de tout autre personne d'ailleurs, on fait de Jésus un faux prophète.

Je vous remercie d'avoir eu la patience de lire ma prose jusqu'ici :-)

La conclusion de tout cela, c'est que la thèse de la crucifixion de Simon de Cyrène ne tient pas. Elle n'est pas un secret que l'Eglise a tenu caché pour asseoir son pouvoir etc.

4 commentaires:

Naibed a dit…

C'est intéressant. En gros, une imprécision dans l'évangile de Mathieu serait à l'origine de cette extrapolation.

Dommage que votre recherche n'ait pas été plus loin. Cette thèse a t'elle été adoptée par des sectes chrétiennes (ou juives) ? En trouve-t'on des traces dans certains évangiles apocryphes ?

Très vraisemblablement. Ainsi, Mahomet (ou, plus exactement son instructeur, dont le nom m'échappe pour l'instant) a certainement dû s'en inspirer lorsqu'il a mis au point son ersatz d'islam en se fondant sur les textes les plus primitifs du judaïsme primitif (par ailleurs tronqués manipulés) mâtiné d'évangiles apocryphes.

Je suppose donc qu'il circulait courament, à cette époque, des textes et des sectes qui soutenaient et propageaient ce genre de thèses au moment où Mahomet (qui avait épousé une riche veuve chrétienne), a commencé son "enseignement"

Mickaël a dit…

Je pense effectivement que c'est cette imprécision qui est à l'origine de cette histoire, c'est en tout cas le seul "support biblique" à cette théorie que j'ai pu trouver.

Les basilidiens croyaient effectivement que Simon fut crucifié en lieu et place de Jésus. Après pour savoir s'ils ont eu ou non une influence sur Mahomet...

Naibed a dit…

Basilidiens ! ...c'était ça le mot que je recherchais !

Merci !

Zibous.

patt a dit…

.
très bizarre cette histoire .

Surtout quand on sait que Simon de Cyréne était noir...
"premier chrétien noir du premier groupe des gentils"
[les livres secret de l`egypte(jean doresse)]
Jésus était sûrement bronzé mais n`était pas noir de peau.
Les gens n`auraient pas vue la différence...j`en doute.

Tout ceci, cache peut-être une clé.


@+


......