dimanche, août 27, 2006

La traduction post-conciliaire du Pater, un blasphème ?

Le blog Notre-Dame des Neiges nous propose un article sur la traduction post-conciliaire du Notre-Père, et relève trois problèmes:
  1. "adveniat regnum tuum" est traduit que "que ton règne vienne", ce qui suppose un mouvement dont l'aboutissement reste vague, alors qu'"arrive" suppose un mouvement abouti, terminé. C'est ce qui est dit en latin.
  2. "Et ne nous soumet pas à la tentation" : La tentation étant une incitation au mal, il est clair que Dieu, la Sainteté même et l’auteur de tout Bien, ne peut en aucune façon être l’auteur de la tentation. Il ne peut donc nous y soumettre mais la permettre seulement. L'ancienne traduction est donc meilleure ("Et ne nous laissez pas succomber à la tentation").
  3. l'emploi du tutoiement, qui peut marquer aussi bien un manque de respect qu'un sentiment d'intimité. C'est donc bien pour les personnes vivant déjà une certaine amitié avec Dieu, mais les autres risquent de n'y mettre pas assez de respect.

Je ne connaissait que l'aspect litigieux du second point.

A toutes fins utiles, voici la vieille traduction du Notre-Père:
Notre Père qui êtes aux cieux
Que votre nom soit sanctifié,
Que votre règne arrive,
Que votre volonté soit faite sur la terre comme au ciel.
Donnez-nous aujourd'hui notre pain quotidien,
Pardonnez-nous nos offenses
Comme nous pardonnons à ceux qui nous ont offensés.
Et ne nous laissez pas succomber à la tentation,
Mais délivrez-nous du mal.
Amen.

Aucun commentaire: