mercredi, juin 28, 2006

Essoufflé

Comme je l'ai déjà écrit, je me suis trouvé un coin tranquille pour dire l'Angélus du midi.

C'est au troisième étage, dans l'escalier du grenier, qui n'est pas ou peu fréquenté (moins que le grenier, car il y a un ascenceur).

Il faut donc que je monte les escaliers jusque là, et souvent je dois le faire vite, car j'ai au moins un collègue qui viens me chercher vers 12:05 pour aller manger. Ce qui fait que je monte les marches 2 à 2 et que quand je suis en place pour prier, et bien j'ai le souffle coupé.

Il faut que je parte plus tôt. Je vais faire sonner mon mobile non plus à 12:00 mais à 11:57.

Je n'y croyais pas

... avant le match, mais hier les Bleus ont éliminés une Espagne hyper-favorite.

Pour une bonne nouvelle, c'est une bonne nouvelle.

lundi, juin 26, 2006

De retour

Et bien ce fut de courtes mais bonnes vacances. J'ai pu revoir toute la famille ou presque. Ça faisait un bail!

Pendant le séjours, le blog a passé la barre des 5000 visites. Merci à vous :-)

Ceci dit, il me reste à répondre à deux commentaires.

samedi, juin 17, 2006

Vacances

Je suis en vacances chez mes parents pendant quelques jours. Je ne peux donc bloguer.

A bientôt ;-)

mardi, juin 13, 2006

Russie: la Love Parade hérisse les catholiques

Selon un article du Nouvel Obs, il y a eu une "Love Parade" à proximité de l'église Sainte-Catherine de Saint-Pétersbourg, le 3 juin dernier.

On apprend dans cet article que
"Sur une scène installée sur la place juste devant les portes de l'église, le club 'Tsentralnaïa stantsia' a présenté la Love parade avec le show de travestis et le strip-tease"
Voilà qui est déjà très blessant et montre un mépris profond des catholiques, mais en plus
"les participants ont bu de l'alcool et uriné devant les portes et dans la cour de l'église"
La réaction des paroissiens est donc justifiée. Pas de quoi montrer du doigt "les" catholiques, comme le fait le titre de l'article, à moins que l'on considère qu'ils n'ont pas le droit d'être respectés.

Et pourquoi mettre en rapport ceci avec la répression plutôt brutale de la manifestation illégale qui eut lieu à Moscou le même jour?

La reconversion de Nicole Kidman au catholicisme

C'est à lire ici (via Bafweb).

C'est chouette. Enfin quelqu'un du show-biz qui voit le catholicisme de façon positive :-)

dimanche, juin 11, 2006

Fête de la Sainte Trinité

C'est aujourd'hui.

Il faudra que j'écrive un petit topo sur la relation de Marie avec la Sainte Trinité.

J'ai malheureusement peur de ne pas avoir assez de temps cette semaine (je suis un peu chargé ces derniers jours).

vendredi, juin 09, 2006

Chapelet du Sacré-Coeur (XVIIIème s.)

Un très beau texte sur Notre-Dame des Neiges.

Comme le mois de juin est traditionnellement le mois du Sacré-Coeur, cela peut-être une bonne idée de le prier.

jeudi, juin 08, 2006

Les pharisiens sont-ils partis ?

Un triste article du Figaro sur la situation de l'Eglise en Europe (L'inexorable érosion de l'Europe catholique), suivi d'une interview du père Thierry-Dominique Humbrecht (ici).

Cela me donne l'occasion d'écrire à propos d'une opinion que j'ai déjà entendu sur la situation de l'Eglise.

Face à la baisse de la pratique, j'ai déjà entendu plusieurs personnes prétendre que c'est une bonne chose (!), car avec le Concile les catholiques "sociologiques", ceux qui allaient à la messe par habitude, ont quitté le navire. Comprenons en clair: "les pharisiens sont partis".

Je n'aime pas cette réflexion. En dehors du fait qu'elle laisse supposé de l'orgueil chez l'interlocuteur ("Je suis toujours là, je suis un élu, moi"), elle traduit un manque d'amour envers Dieu et un manque de charité à l'égard du prochain. Et puis, qui sommes-nous pour juger de la foi du prochain ?

Prétendre que la situation actuelle est satisfaisante est un encouragement incroyable à la non-mission. Si nous prétendons aimer Dieu, pouvons-nous nous satisfaire qu'il soit ignoré par nos proches ? Par nos contemporains ? Dieu ne nous demande cependant que d'annoncer l'Evangile, aussi on peut préciser la question: si nous aimons Dieu, pouvons-nous nous satisfaire de ne pas annoncer l'Evangile, par notre vie et nos paroles ?

Comme chrétien, nous sommes appelés à aimer notre prochain. Cela veut-dire vouloir son bien, et le bien le plus grand est qu'il soit sauvé. Et pour cela, le mieux est encore qu'il aille à l'église, vive les sacrements et qu'il suive l'Evangile. On ne peut donc se satisfaire de savoir qu'à une époque de nombreux baptisés se soient sentis perdus dans leur Eglise et qu'ils la quittent, ou plus simplement qu'ils la laissent tomber (c'est ce que veut dire le terme "catholique non-pratiquant").

Le plus étrange dans cette histoire est que le Concile n'a pas fait partir les chrétiens "sociologiques" des églises à l'étranger, c'est très franco-français tout ça.

Alors, je me pose la question: est-ce qu'en fait le terme "chrétiens sociologiques" ne définit non pas des gens avec peu de foi qui iraient par habitude à l'Eglise, mais des chrétiens qui ne croient pas de la bonne façon selon certains ? Des gens qui avaient une foi simple, pas une foi d'intellectuels ?

Nous sommes tous appelés à la sainteté, les grands comme les petits, les gros comme les maigres, les malades comme les bien portants, et j'y arrive, les "intellectuels" comme les "manuels". C'est ce qui fait la grandeur du christianisme par rapport au monde, où seuls les plus intelligents et les plus malins s'en sortent, quelque soit le système politique (libéral, socialiste ou autre).

Il est important que le plus grand nombre soient chrétiens, et que, pour cela, nous proposions la foi d'une façon simple et claire, avec possibilité, pour ceux qui le désirent, d'approfondir.

Prier l'Angélus ? Mais où ça ?

C'est bien de faire un petit blog où cette prière traditionnelle est décrite, d'en faire une version anglaise, c'est bien de dessiner un petit bouton et de demander aux visiteurs de le mettre sur leurs blogs et sites, mais encore faut-il le prier, cet Angélus.

Et bien cela peut se faire dans de drôles de situations.

D'abord, au saut du lit le matin: le réveil sonne à six heures tapantes, c'est parfait.

A midi, mon téléphone sonne pour me rappeler la prière. Alors il faut trouver un coin loin des collègues. Je crois que je l'ai trouvé: le troisième étage du bâtiment où je travaille est peu fréquenté, et je peux aller m'isoler dans les escaliers pour prier. Evidemment, je n'y suis pas à l'abri d'une visite impromptue, mais enfin il y a peu de chances que cela arrive.

A six heures le soir: mon téléphone sonne et je suis assis dans le train avec mon laptop sur les genoux. Et hop, je ferme les yeux, contemple Marie, et c'est parti! Là, comme c'est plus anonyme, on peut oublier la personne assise sur le siège d'à côté.

vendredi, juin 02, 2006

Week-end de Pentecôte

Ce week-end nous partons en retraite avec le groupe des familles de la paroisse.

J'espère que le temps sera de la partie... On va voir.

jeudi, juin 01, 2006

La Visitation et l'avortement

Le Blog pour la Vie (BPLV pour les intimes) nous parle de la Visitation de la Vierge Marie à Elisabeth, que nous fêtions hier.

Et l'auteur du billet de nous citer l'Evangile de la Visitation (Lc 1, 39-56):
"Dès qu’Élisabeth entendit la salutation de Marie, son enfant tressaillit dans son sein, et elle fut remplie du Saint Esprit. [... Et Élisabeth ajoute :] "Car voici, aussitôt que la voix de ta salutation a frappé mon oreille, l’enfant a tressailli d’allégresse dans mon sein."

Pour ainsi conclure que:
il ne fait pas de doute que pour notre Dieu l'embryon est plus qu'un simple amas de cellules jetable.

Je suis d'accord avec la conclusion. Mais, que le BPLV me pardonne, la façon d'y parvenir ne me paraît pas pertinente, ou du moins elle ne me paraît pas répondre à la problématique actuelle de l'avortement.

Pour montrer cela, reprenons l'Evangile de l'Annonciation (Lc 1, 26-38) - c'est à dire, quand l'ange Gabriel annonce à Marie qu'elle sera la mère du Sauveur - :
La sixième mois, l'ange Gabriel fut envoyé par Dieu dans une ville de Galilée, du nom de Nazareth [...]

L'Evangile parle du sixième mois, mais par rapport à quoi? Il s'agit du sixième mois après la conception de Jean. Donc, pour utiliser un langage moderne, Marie tombe enceinte quand Jean en est à son sixième mois dans le sein d'Elisabeth. A fortiori, Jean est encore plus âgé quand la Vierge Marie rend visite à sa cousine. Et dans nos pays d'Occident pétris de culture de mort, on ne peut en théorie pas faire d'avortement quand un foetus est âgé de plus de douze semaines. Ce n'est donc pas grâce à Jean que nous pouvons arriver à la conclusion du BPLV.

Il nous faut voir plus loin. En effet, la Visitation à lieu entre le Fiat de Marie (Lc 1, 38) et la naissance de Jean-Baptiste, qui survient après la Visitation (Lc 1, 57- 58):
Quant à Elisabeth, le temps fut accompli où elle devait enfanter, et elle mit au monde un fils. Ses voisins et ses proches apprirent que le Seigneur avait fait éclater sa miséricorde à son égard, et ils s'en réjouissaient avec elle.

Donc quand notre Sainte Mère la Vierge Marie rend visite à sa cousine, Jésus, dans son sein, est agé entre 0 et 3 mois, c'est à dire, à une semaine près, qu'il était dans la période pour laquelle l'avortement est légal.

Revisitons donc l'Evangile de la Visitation (Lc 1, 39-45), morceaux choisis et mis en évidence:
[...]Elle[Marie] entra chez Zacharie et salua Elisabeth. Et il advint, dès qu'Elisabeth eut entendu la salutation de Marie, que l'enfant tressaillit dans son sein et Elisabeth fut remplie d'Esprit Saint. Alors elle poussa un grand cri et dit : "Bénie es-tu entre les femmes, et béni le fruit de ton sein ! Et comment m'est-il donné que vienne à moi la mère de mon Seigneur ?[...]

Nous y voilà: inspirée par l'Esprit Saint, c'est à dire par Dieu, Elisabeth béni un foetus âgé au grand maximum de 13 semaines, et le reconnaît comme étant son Seigneur! Extraordinaire, non?

Donc oui, pour Dieu, l'embryon n'est pas qu'un simple amas de cellules jetables.

Les évangiles : 2000 ans d’imposture ?

Catholique.org nous propose un retour en 7 points sur l'authenticité des évangiles.

A lire absolument, et à faire passer à tous nos amis et proches qui se laissent tromper par la culture ambiante.