mercredi, août 06, 2008

Un prêtre de l'Opus Dei à Toulouse

La nouvelle de l'AFP est tombée avant-hier: un prêtre de l'Opus Dei est nommé curé à Toulouse.

Comme le savent tous ceux qui lisent la presse, lisent des livres avec une intrigue faiblarde et regardent les mauvais films qui en sont tirés, sans se poser trop de questions, l'Opus Dei est une organisation sectaire, presque une franc-maçonnerie à l'intérieur de l'Eglise Catholique, avec un passé franquiste, dont le but est de maintenir le monde dans l'obscurantisme au lieu de le laisser suivre sa marche vers la lumière.

Les mêmes savent aussi que la France éclaire le monde avec ses beaux principes humanistes. Elle l'éclaire d'ailleurs tellement fort que le reste du monde regarde ailleurs (je ne sais plus de qui je m'inspire).

Plus sérieusement, l'Opus Dei suit et doit suivre l'enseignement de l'Eglise Catholique, et le nouveau curé doit obéir à l'éveque du lieu. Donc tout va bien, et tout ira bien à Toulouse.

L'indignation du maire de Toulouse, qui d'ailleurs fait une entorse au principe de laïcité, est donc injustifiée.

Note: je ne fais pas partie de l'Opus Dei, cela ne m'intéresse pas.

2 commentaires:

Blog "Le bon grain et l'ivraie" a dit…

Les mêmes qui accusent l'opus d'être une "église dans l'Eglise", une église parallèle, dénoncent la décision d'un évêque de les rattacher davantage à la vie diocésaine en donnant à un prêtre une responsabilité paroissiale. Que les membres de l'opus soient en dehors de la paroisse ou dedans, ils sont invariablement diabolisés. Tout cela est assez grotesque.

Mickaël a dit…

C'est grotesque, effectivement c'est en dehors de toute raison.

La motivation de cette diabolisation ne serait-elle pas plutôt idéologique, voir sectaire ?