mardi, décembre 30, 2008

A propos de Noël...

J'aime beaucoup contempler dans la foi chrétienne le fait que Dieu, qui est Eternel, Tout-puissant, celui qui est infini, celui qui est, qui était et qui vient, se fasse homme, et plus encore en cette saison, qu'il devienne un tout petit bébé, qui nait dans la pauvreté, débarrassé de toutes les choses auxquelles nous nous attachons si facilement, comme la richesse, le confort, l'argent.

C'est assurément un signe de sa toute-puissance qu'il se soit ainsi fait homme.

vendredi, décembre 26, 2008

Voeux 2009 avec des préservatifs

Un certain nombre d'épargnants on perdu de l'argent avec la crise actuelle. Une bonne façon de rappeler l'Evangile qui invite à construire sa vie sur du solide (Dieu) et pas sur les choses qui passent, comme l'argent.

Le maire de Baillargues à décidé lui d'inviter ses administrés à faire des parties de jambes en l'air en attendant des jours meilleurs: il leur a envoyé une carte de voeux avec des préservatifs. Le tout empaqueté d'humour d'un goût douteux...

C'est typique de l'époque où nos élites croient que les jeux d'un instant suffisent à calmer la plèbe. Car oui, le préservatif invite à la relation sexuelle comme un vulgaire loisir parmi d'autres.

Il aurait dû envoyer des dizainer (une dizaine de chapelet), au moins il aurait fait acte utile. Ce n'est pas forcément plus cher que deux préservatifs, ce n'est pas plus lourd à transporter par la poste, c'est bon pour le salut et en plus ça dure pendant toute la crise et même plus longtemps, et non pas 5 minutes comme un bout de latex.

jeudi, décembre 25, 2008

Joyeux Noël à tous!



Evangile de Jésus-Christ selon saint Jean 1,1-18.
Au commencement était le Verbe, la Parole de Dieu, et le Verbe était auprès de Dieu, et le Verbe était Dieu.
Il était au commencement auprès de Dieu.
Par lui, tout s'est fait, et rien de ce qui s'est fait ne s'est fait sans lui.
En lui était la vie, et la vie était la lumière des hommes ;
la lumière brille dans les ténèbres, et les ténèbres ne l'ont pas arrêtée.
Il y eut un homme envoyé par Dieu. Son nom était Jean.
Il était venu comme témoin, pour rendre témoignage à la Lumière, afin que tous croient par lui.
Cet homme n'était pas la Lumière, mais il était là pour lui rendre témoignage.
Le Verbe était la vraie Lumière, qui éclaire tout homme en venant dans le monde.
Il était dans le monde, lui par qui le monde s'était fait, mais le monde ne l'a pas reconnu.
Il est venu chez les siens, et les siens ne l'ont pas reçu.
Mais tous ceux qui l'ont reçu, ceux qui croient en son nom, il leur a donné de pouvoir devenir enfants de Dieu.
Ils ne sont pas nés de la chair et du sang, ni d'une volonté charnelle, ni d'une volonté d'homme : ils sont nés de Dieu.
Et le Verbe s'est fait chair, il a habité parmi nous, et nous avons vu sa gloire, la gloire qu'il tient de son Père comme Fils unique, plein de grâce et de vérité.
Jean Baptiste lui rend témoignage en proclamant : « Voici celui dont j'ai dit : Lui qui vient derrière moi, il a pris place devant moi, car avant moi il était. »
Tous nous avons eu part à sa plénitude, nous avons reçu grâce après grâce :
après la Loi communiquée par Moïse, la grâce et la vérité sont venues par Jésus Christ.
Dieu, personne ne l'a jamais vu ; le Fils unique, qui est dans le sein du Père, c'est lui qui a conduit à le connaître.

Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris

(texte fourni par L'Evangile au quotidien,
image venant de Noël sur mon bureau).

jeudi, décembre 18, 2008

Etat des églises et travail dominical

Ce soir dans Envoyé spécial, un état des lieux sur le triste état de certaines de nos églises (un article du Figaro ici).

Des églises qui tombent en ruines car les mairies qui en ont la charge grâce ou à cause de la loi de 1905 sur la laïcité ne s'en occupent plus. D'un point de vue non-chrétien c'est lamentable car elles laissent tomber le patrimoine. D'un point de vue chrétien c'est une catastrophe, car cela traduit aussi le fait qu'elles sont vides, le peuple chrétien absent -par perte de foi et/ou exode rural -, les élus ont tendance à renâcler à l'entretien.

Dans le même temps Nicolas Sarkozy est têtu sur le travail du dimanche. Le but de la manoeuvre étant de rendre légale une pratique aujourd'hui illégale. Il ne veut pas voir que le peuple est contre, les syndicats aussi, et bien sûr l'Eglise... Avec une telle façon de penser, pourquoi ne pas légaliser la culture, la vente et la consommation de cannabis?

La réforme était confié au franc-maçon Xavier Bertrand, et on pouvait se demander si la patate chaude était une vraie réforme à faire ou simplement un moyen de mettre les bâtons dans les roues d'un concurrent potentiel à droite.
L'obstination présidentielle malheureusement est toujours là et maintenant c'est le franc-maçon Jean-François Copé qui doit s'y coller.

On parle finalement d'autoriser l'ouverture à huit dimanches par an au lieu de cinq actuellement, alors qu'à l'origine l'idée était d'ouvrir toute l'année, si ma mémoire est bonne. Cela ressemble à une reculade, mais en même temps le risque est que l'ouverture du dimanche généralisée se fasse par grignotage: huits dimanches maintenant, puis 12 dans quelques années, etc...

Il faut prier contre ce projet de loi inique, qui pénalisera les chrétiens, mais aussi les parents en situation précaire avec enfants à charge. Il faut prier pour nos parlementaires et dirigeants. Ecrire contre, contacter les parlementaires, manifester...

Si la loi passe, que nous restera-t-il à faire? Prier encore et toujours, et peut-être boycotter les magasins qui ouvrent le dimanche, ou manifester à leur proximité en sortant de la messe. Et voter contre les parlementaires ayant voté la loi.

Ces deux évenements traduisent s'il en est l'éloignement de notre beau pays d'avec ce qui fut son âme pendant 1500 ans, la foi chrétienne, et l'installation de l'apostasie. On réduit l'homme, image du Dieu vivant, à un vulgaire rouage devant produire et consommer. Cela s'appelle le progrès.

lundi, décembre 08, 2008

Fête de l'Immaculée Conception


La bienheureuse Vierge Marie a été, au premier instant de sa conception, par une grâce et une faveur singulière du Dieu Tout-Puissant, en vue des mérites de Jésus-Christ Sauveur du genre humain, préservée intacte de toute souillure du péché originel.
Pie IX, 1854