mardi, août 01, 2006

La blague de la laïcité

Je viens de lire un article du Monde, concernant le Palais de Justice de Metz.

Il s'y trouve une toile du peintre Théodore Devilly, appelée la Crucifixion. Plus pour très longtemps, car elle va être déplacée dans un musée. Elle était couverte d'un voile depuis l'an 2000, année où l'obscurantisme a décidé, une fois de plus, de sévir.

Elle constituait une "atteinte intolérable au principe constitutionnel de laïcité", selon les libres-penseurs qui voulait la faire disparaître.

C'est donc ce qui va se produire, malgré l'opposition des personnel du tribunal.

Je ne peux m'empêcher de rapprocher cette triste nouvelle de cet article du Salon Beige concernant le financement des mosquées, citant le texte de loi:
"Un bien immobilier appartenant à une collectivité territoriale peut faire l'objet d'un bail emphytéotique prévu à l'article L. 451-1 du code rural, en vue de l'accomplissement, pour le compte de la collectivité territoriale, d'une mission de service public ou en vue de la réalisation d'une opération d'intérêt général relevant de sa compétence ou en vue de l'affectation à une association cultuelle d'un édifice du culte ouvert au public (…)"
Ce qui veut dire que les biens publics peuvent être utilisés désormais pour construire des édifices religieux, en l'occurence une mosquée, alors qu'on a interdit cela aux catholiques, c'est à dire 90% de la population, pendant 100 ans.

Cela me laisse un goût amer dans la bouche.

La laïcité n'est peut-être qu'une farce anti-catholique, après tout. Ou alors on assiste à une situation de "deux poids-deux mesures".

Aucun commentaire: