samedi, septembre 23, 2006

B XVI vs Relativisme : 1 - 0

J'ai lu quelques fois qu'à l'instar de Jean-Paul II, dont le pontificat avait libéré l'Europe orientale du communisme, ce système oppressif qui paralysait la vie chrétienne là-bas, celui de Benoît XVI allait sonner le glas de l'islamisme (encore faudrait-il savoir ce qu'on appelle "islamisme").

Je n'en sait rien. C'est possible, mais pour le moment il est trop tôt pour le dire.

Le Saint Père, bien qu'il voulait reconsidérer le dialogue avec le monde musulman, était avant tout intéressé par remettre en question le relativisme occidental, celui qui affirme que toutes les religions se valent, et qui paralyse la vie chrétienne ici, en Europe de l'Ouest. Et on pouvait s'attendre à une longue lutte intellectuelle, philosophique et culturelle pour faire le refluer. Une lutte sur des années.

Et il y a eu Ratisbonne. L'incompétence des médias a déchaînée les foules dans le monde musulman, des foules appelant à tuer le Pape, brûlant son effigie et appelant au Jihad contre l'Europe.

Je me trompe peut-être, mais je vois l'oeuvre de la Providence dans tout cela.

En effet, ces réactions hystériques, violentes, sont incompréhensibles pour nous autres, de culture chrétienne et européenne. Mais elles ont l'avantage de montrer concrètement le fossé qui existe entre nos deux religions, fossé qui s'élargit à cause des différents mouvements islamistes.

Qui viendra dire maintenant que toutes les religions se valent ? Un certain nombre, mais sans doute beaucoup moins qu'auparavant.

En l'espace de deux semaines, le relativisme vient de perdre en crédibilité. N'est-ce pas merveilleux ?

Aucun commentaire: