jeudi, novembre 29, 2007

Pour Anne-Lorraine

Comme beaucoup, j'ai été peiné par la mort de cette jeune fille assassinée dans le RER D alors qu'elle se défendait face à son agresseur.
Les obsèques auront lieu samedi à 14 heures en la cathédrale de Senlis.
D'ici là, on peut prier pour elle, sa famille et son fiancé.

Lisez le Salon Beige pour en savoir plus.

3 commentaires:

Franklin a dit…

Cette jeune femme était scout, et trés impliquée dans le mouvement.

Il y a une chose que j'aimerais faire remarquer :

Il y 2 ans, une jeune femme de 23 ans avait déclaré, sur le RER D, avoir été victime de violence physque et d'insultes anti-sémites. Cette affaire avait retenti dans tout le pays et profondément choqué l'opinion publique. Les médias ne parlaient que de ça, la presse s'emballait, la télé montait des reportages chocs, et même le PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE en personne s'était exprimé sur le sujet en allocution télévisée.
Et puis, l'enquête a avancé et la jeune femme avoua avoir menti. Tout avait été inventé.
Tout le monde avait réagi trop vite, et se sentait ainsi ridicule.

Aujourd'hui, une autre jeune femme, de 23 également, sur le RER D également, à cette fois vraiment été agressée. Elle est MORTE POUR AVOIR REFUSEE DE S'ETRE FAITE VIOLEE.
Mais voilà, aucun médium déchainé, aucune remise en cause officielle de la remise en liberté des délinquants sexuels prématurément (ou non prématurément d'ailleurs), aucune allocution télévisée du président qui était d'ailleurs sur une autre affaire de banlieue.
Rien ou presque. A part une info minimum, le vide, le silence.

Voilà, il s'agit d'une scout, alors ne nous attendons pas à ce que l'opinion publique s'intéresse à son sort.
Et puis, le viol, c'est médiatiquement incorrect. ce qui est médiatiquement correct, c'est de ne pas s'en formaliser.

Mickaël a dit…

Je pense au contraire que l'opinion publique s'intéresse à son sort et est dégoutée par ce qui se passe.

Le problème se situe davantage au niveau du traitement de l'information, qui est trop souvent pris en otage par des gens qui n'aiment pas les catholiques et ne traitent pas l'information correctement (agressions de catholiques, profanations, enseignement de l'Eglise, etc).

Franklin a dit…

Oui l'opinion publique s'intéresse sans doute à cela, et c'est vrai que ce sont plutôt les médias d'information qui ne la relayent pas. Les médias cherchent de toute façon en continue à contrôler l'opinion publique. Jusqu'à il y a quelques temps, c'était le cas. Mais depuis peu, ça change, heureusement, mais bon.

Il y a le fait que le médias ne relayent peu ou prou toute information en relation avec les catholiques, mais il y aussi une affaire de morale. Parler du choc que cause l'avortement à une femme, c'est médiatique incorrect. Il est de bon ton d'affirmer, que non, le choc est mince, minime dans l'impact et dans le temps, voire qu'il n'y en a pas. L'avortement doit-être à tout prix banalisé.
Pour le viol c'est un peu pareil. Et en mê temps c'est différent. Le choc du viol, on n'en parle pas, ce n'est pas notre affaire. A chaque fois qu'il y une histoire de viol en faits divers, ça ne reste que trés peu de temps dans l'information, et on oublie aussi tôt. Il y a un tabou de la part de nos médias qui pourtant se revendiquent sans tabou ...
Le catholiscisme est un tabou. On ne peut en parler qu'en mal. L'homosexualité est un tabou, on ne peut en parler que dans un sens.

... C'est triste. Il n'y a pas de liberté d'expression, et pourtant c'est elle qu'on invoque quand on exprime tout et n'importe quoi sans prendre le soin de respecter autrui ...
Encore des prétextes pour justifier les passions des hommes.