mardi, novembre 20, 2007

Toutes les religions ne se valent pas

Il y a quelques semaines le journal La Croix publiait un sondage sur la foi des catholiques en France.

Et bien ce n'est pas reluisant:
« les catholiques engagés ne pensent guère différemment que leurs contemporains quant à l’indifférence religieuse : toutes les religions semblent se valoir à leurs yeux, même s’ils ne doutent évidemment pas d’une pertinence particulière de la leur. » (chipé chez Plunkett)

C'est triste. Je ne peux évidemment dire pourquoi la foi est apparemment si faible. Est-ce le résultat d'une mauvaise catéchisation? De la confusion continuelle entretenue par les médias au sujet du catholicisme? Est-ce la peur de se faire étiqueter "fanatique" en osant dire que la foi en Jésus-Christ est la vraie foi?

Pourtant Jésus nous enseigne:
Je suis le Chemin, la Vérité et la Vie.
Nul ne vient au Père que par moi. (Jn 14, 6)

Que c'est clair! Mais je n'en dis pas plus. Je laisse au lecteur le soin de méditer ces paroles.

3 commentaires:

Franklin a dit…

Bonjour!
Je dirais que cette pensée qui dit que toutes les religions se valent s'imposent tout d'abord par la propagande médiatique : en effet, notre société est noyée dans le "politiquement correct", dans le "médiatiquement correct" et donc dans "religieusement correct". Ainsi pour ne froisser personne, les médias, les politiques les sociologues, les historiens, bref un peu tout le monde, déclarent que toutes les religions se valent, sont de même importance et mènent aux mêmes buts : ça a le don - ou plutôt le malheur - de contenter tout le monde, les croyants, comme les non croyants qui se convainquent qu'il n'est plus la peine de croire vu que tout se vaut et qu'à la fin "tout le monde ira au paradis" comme dans la chanson.
Ensuite, si cette pensée s'impose, c'est aussi dû à l'ignorance des gens, qui ne connaissent plus rien à la religion catholique, et donc encore moins aux autres, vous pensez bien. Les gens, ne connaissant que des bribes de la religion catholique, entourés de préjugés, d'a priori et autres flous, se mettent à rapprocher les autres religions de celles-ci dès qu'ils entendent une chose commune. "Ha mais l'on parle de miséricorde dans le Coran, comme dans la Bible, ça doit dire la même chose"... et voilà, ça les arrange. Tout est pareil, pas la peine de chercher. je dirai que cette ignorance est dûe à la paresse des gens, qui ne veulent pas chercher, qui ne veulent pas savoir. c'est une forme d'athéisme non militant : on ne croit pas, ou peut-être qu'on croit, mais à quelques chose de loin qui ne vient pas me déranger, on verra ça avant de mourir" (alors que nous ne connaissons ni l'heure de notre mort, ni la manière). En fait, le catholicisme est tout sauf de la démagogie (c'est qui embête les gens qui vivent dans leur bulle aujourdhui), et Jésus le dit " Je ne suis pas venu vous laisser la paix " - d'où l'expression "fichez-moi la paix". Non Jésus n'est pas venu nous laisser tranquil. Il est venu nous dire que la vie est souffrance (donc ça ne sert à rien de vivre dans sa bulle sans vouloir être dérangé, sans prendre la peine de s'informer sur la religion chrétienne etc ...), mais qu'Il est là pour nous aider, et qu'Il nous a laisser son Eglise et l'Esprit Saint.

Ensuite, d'où vient ce politiquement correct qui veut contenter tout le monde et qui pousse les gens à croire, tout en se convainquant lui-même, que tout se vaut aujourd'hui (et pas seulement les religions, mais aussi toutes formes de chemins de vie)?
A mon avis, il vient du fait même de la déchristianisation et de la laïcisation de la société: les sociétés chrétiennes se sont déchristianisées. Elles en sont venues à la laïcité. La Vérité (un seul Dieu, un seul Seigneur, une seule voie du Salut Jésus Christ) n'était plus recherchée, et surtout n'était plus offcielle au niveau de l'Etat, chacun devant désormais trouver SA propre vérité.
Alors nous sommes tombés peu à peu dans le relativisme : tout se vaut. Chacun à le droit de choisir sa propre vie, de la vivre comme il l'entend, tous les chemins sont beaux et respectables. Mais ceux-ci ne surmonte pascertaines contradictions : si je choisis le chemin du racisme? Si je choisis le chemin de l'intolérance? Nous vivons actuellement dans les sociétés les plus relativistes de l'histoire et du monde, et ce depuis l'époque contemporaine. C'est ainsi que notre société occidentale actuelle pourtant issue des Lumières à vue passé le nazisme, le communisme et divers courant de pensées comme le nihilisme, l'anarchisme etc ...
Le relativisme, c'est l'expansion du sophisme grec qui dit que LA vérité n'existe pas, mais qu'il existe plusieurs vérités, et chacun à la sienne propre (ma vérité est contraire à la tienne, mais les deux sont vraies ... incencé!) Or les sophistes grecs dans l'antiquité, menaient une reflexion continue sur leur pensée philosophique. Et un jour, les sophistes décidèrent de mettre fin au sophisme! Pourquoi? Ils étaient arrivés à la conclusion suivante : le sophisme mène à la loi du plus fort (sans doute que le plus fort impose sa vérité, si irraisonnée soit-elle)!!!
Or nous vivons dans les sociétés les plus sophistes de l'histoire de l'humanité. Et à les regarder, nous voyons biens cette loi apparaître ici et là : les contrats léonins, les blocages d'écoles, certaines décisons banquaires, certaines décisons injustes de la justice, la démocratie même où le nombre fait la force au final ...
Les premiers mots de Benoît XVI après son élection ont été : "halte à la dictature du relativisme!"...

Et puis quelle est la cause cette ignorance? La paresse oui sans doute, la volonté de vivre tranquil. Mais aussi la désinformation quoditienne, non seulement des médias, mais aussi de l'Eglise et du clergé! Cela commence avec un mauvais catéchisme. On n'y apprend plus rien (comme à l'école d'ailleurs). On dit aux enfant sur un air gnangnan : "Jésus, c'est ton ami", et à aucun moment on ne dit "Jésus, c'est Dieu, ton Dieu". Qui irait rendre un culte à son ami? Un irraisonné?
Alors voilà à force de ne pas dire ce qui doit être dit, à force de tout relativiser (un évêque allemand, Kasper, dis que à part les miracles de guérisons de Jésus, tous les autres ne sont pas vrais! Réduisant notre Dieu à un vulgaire guérisseur), à force de ne pas révéler les vérités de foi et de rien expliquer (un autre évêque allemand dit qu'il n'y a pas besoin d'avoir la foi pour être chrétien ni être prêtre!!) et bien les gens ne veulent plus venir à l'Eglise. Qui irait croire en une religion dépourvue de miracle, pour rendre un culte non pas à Dieu mais à un simple homme? Peu de monde!

Alors voilà, il faut que l'Eglise cesse d'avoir peur - les fdèles aussi, le martyr est aussi moral, et il faut l'affronter : "heureux serez-vous lorsqu'on vous insultera, qu'on vous persécutera et qu'on dira mensogèrement contre vous toute sorte de mal à cause de moi. Réjouissez-vous et éxultez parce que votre salaire sera grand dans les cieux; car c'est ainsi qu'on a persécuté les prophètes d'avant vous".
Il faut l'Eglise se remette à évangéliser.
Il faut que le mauvais clergé se convertisse, et enseigne le véritable enseignement du Christ, car beaucoup disent des choses fausses en son nom, et tuent les âmes!

La baisse de la pratique a tellement diminué, qu'un pratiquant véritable, affirmant et témoignant de sa foi, parait "fanatique". C'est du terrorisme intellectuel ou bien une perception iraisonnée des gens. Mes propres parents m'ont dit, gentiment, mais bizarrement, que j'étais "intégriste", juste parce qu'il me voyait pratiquer quotidiennement ma foi, et en parler régulièrement. Ils n'avaient jamais vu ça.
Ca veut tout dire! Ils ont admis trés vite qu'ils ne savaient pas ce qu'ils leur avait pris de dire ça.Espérons la même chose pour tous les autres!

Mickaël a dit…

Bonjour Franklin!

Je pense comme vous, que c'est par paresse que le relativisme est entretenu. En effet, c'est trop fatiguant, dérangeant de se remettre en question et d'étudier le catholicisme. C'est tellement plus confortable d'avaler la légende noire de l'Église et de se dire que si Dieu existe il est bon pour nous et qu'il nous pardonnera quoiqu'on ait fait.

En fait, je suis pas mal d'accord avec votre commentaire, je ne vois pas grand'chose a lui rajouter :-)

Comment renverser la tendance? Expliquer encore et toujours la foi, et avoir le courage du témoignage, c'est a dire continuer d'aller a la messe même si on se fait traiter de fanatique. Et compléter soi-même le catéchisme de ses enfants si celui enseigné dans sa paroisse est défaillant.

Franklin a dit…

Bonsoir Mickaël.
C'est sûr en voyant la situation, déjà grave, qui a tendance a empirer ou a stagner, on pourrait être pris de désespoir.
Mais fi! Ce ne serait que péché d'orgueil, de doute de la puissance divine, et tomber dans le piège du diable (là c'est sûr mon commantaire paraîtrait fanatique à cette société née des Lumières).

Oui, à mon humble avis, il faut continuer à témoigner de sa foi, continuer à aller à la messe, et beaucoup prier.
Il ne faut pas commettre le même péché que Luther. Celui-ci faisait parti de l'Eglise. Celle-ci était trés décadente. Luther vit les nécessités de réformes. Mais prit d'orgueil et de désespoir (le désespoir, la plainte, est une forme d'orgueil, puisqu'en fait l'on croit à sa toute puissance, qui est manifestement impuissante à tout régir) il décida de sortir de l'Eglise, pour fonder la sienne propre avec la Réforme. Luther a fonder l'Eglise de Luther et à quitter l'Eglise du Christ.
La dissidence entraînant la dissidence, Calvin fonda l'Eglise de Calvin. Et ainsi de suite pour toutes sectes protestantes.
Il ne faut donc pas faire comme Luther, quand bien même on a en face de soit un mauvais clergé.

En fait c'est aussi à nous d'aider notre Eglise à se remettre sur pied, car nous aussi, nous en faisons partis. Si le peux de catholiques qui reste s'en va, qu'adviendra-t-il?

J'ai décidé cette année de m'occupé des scouts de ma paroisse, des Louvetaux. Aux modules de formation, j'ai été ahuri de voir à quel point c'était une formation déchristianisée, pour un mouvement se revendicant catholique.
Sur une journée de formation, "Dieu" et la "prière" n'ont été évoqués qu'une seule fois, et en outre n'ont même pas été développé (relation à Dieu chez les scouts, temps de prière chez les scouts) contrairement aux autres thèmes. Néanmoins, j'ai bon espoir de pouvoir vivre ma foi avec les petits scouts, et de la leur faire partager. Si je partais, ferais-je mon devoir de chrétien? Que deviendraient ces louvetaux qui auraient pu avoir la chance d'acceuillir ou de refuser le partage de la foi?

Voyez-vous, si demain Dieu voulait que toute la planète soit convertie, elle le serait. Bien entendu, Dieu a ses projets propres pour nous, et ses voies sont impénétrables. Mais il ne faut pas douter de Lui. Tout ce qui se passe, s'accomplit par sa (sainte) volonté. Soit Il agit, soit Il laisse faire.

Le protestantisme a donc été autorisé par Dieu. Le protestantisme a eu un rôle : secouer l'Eglise catholique! Et ça a marché! la Contre-Réforme a réformé l'Eglise en profondeur. peu à peu les curés ont été mmieux formés, le cathéchisme est apparu, bref, le catholiscisme a retrouvé une nouvelle dynamique, et une dynalique durable! Les effets de la contre Réforme se sont faits sentir dans les pays d'Europe jusqu'au 18e siècle!
Tout cela pendant que le protestantisme s'empétrait dans ses éternels et innombrables divisons.
Nous avons donc d'un côté le protestantisme avec les piétistes, les quakers, les luthériens, les calvisnistes, les anglicans, les anabaptistes ... et de l'autre le catholicisme, juste le catholicisme, qui veut dire "universel".

Je pense (mais je peux me tromper) que l'Islam va sans soute jouer le même genre de rôle. l'Islam est béni de Dieu au sens de la Bible : permis.
Je peux vous recommander un trés bon site qui a cherché dans la Bible l'explication de l'existence de l'Islam et de son rôle (trés trés intéressant) : http://eschatologie.free.fr/

Pour reparler de Luther, même si j'ai peu étudier cet aspect, on peut dire qu'il a en fait déïfier la raison. Et la raison étant reine, je peux moi-même savoir ce qui est bon pour moi, grâce à ma propre raison. D'ailleurs dans le protestantisme (d'origine) c'est le sophisme qui règne : chacun doit lire la Bible, et chacun la comprendra à sa manière, et chacun aura raison. D'où le fait qu'il y ait autant de protestantismes que de protestants.
Ensuite il y a eu Descartes, qui a voulu prouver Dieu seulement par sa raison à lui. Puis les Lumières, avec la raison reine. Guidés par cette bonne raison, les hommes ne pouvait que progresser et être meilleurs. Oui mais voilà, le monde occidenatl né des Lumières a vu le nazisme, le marxisme, le communisme, le nihilisme, la bombe nucléaire, le génocide, etc ... L'Europe qui avait la foi et la raison a abandonné la foi pour ne garder que la 2nde. Et avec la 2nde on a vu que c'était un échec. On a conny des horreus, des régressions. Aujourd'hui l'Occident a donc aussi abandonné la raison. L'occident n'a donc ni foi, ni raison.
C'est pour cela qu'aujourd'hui, plus personne ne prétend, ni peut prétendre détenir la vérité. Tout se vaut. On ne doit prendre aucun risque. Le catholicisme, l'Islam, l'ésotérisme... tout est pareil et autirisé... du moment que ça ne nuit à personne ...
A mon avis c'est par cette faiblesse que le monde retrouvera la foi. On ne pourra pas tenir indéfiniment sans pilier, sans repères, sans valeur.

"Là où le péché a abondé, la grâce à surabondé".

Et puis ce que nous vivons a été prédit par Notre-dame de la Salette (je retransmets après la citation, et le commentaire qui suit d'un ami) : " « En l'année 1864, Lucifer avec un grand nombre de démons seront détachés de l'enfer ; ils aboliront la foi peu à peu et même dans les personnes consacrées à Dieu ; ils les aveugleront d'une telle manière, qu'à moins d'une grâce particulière, ces personnes prendront l'esprit des mauvais anges. » ; et, une fois de plus elle avait raison. Le Concile Vatican I s'était ouvert le 8 décembre 1869 ; il accepta la Constitution dogmatique Pastor aeternus consacrant le dogme de l'infaillibilité pontificale, en vertu duquel les définitions ex cathedra du Pape sont infaillibles par elles-mêmes et non plus en vertu du consentement de l'Eglise. 533 Pères conciliaires approuvèrent le texte, 2 le refusèrent ; et 55 le rejetèrent en protestant et en quittant Rome. C'est à partir de là que commence le mal qui ronge l'Eglise. Le Pape a parlé, donc il a raison. Oui, mais s'il dit quelque chose qui va a l'encontre de l'enseignement traditionnel de l'Eglise ? Peu importe ! Il a parlé, donc il a raison !. Et voilà ! Le diable, peu à peu prend ainsi du terrain ; le mal s'installe dans l'Eglise et dans les esprits. Pour moi, le pape peut aussi se tromper, il peut être trompé, il peut nous tromper parce que lui a été trompé par le malin. Aussi, nous devons d'abord prier pour le pape (car sans nos prières demandant l'aide de Dieu, nous ne pouvons rien faire ! « Sans Moi, vous ne pouvez rien faire » Jean 15-5) puis ensuite placer la vraie doctrine dans les coeurs et les esprits".

Et puis il y a la vision de Léon XIII qui explique que le combat de satan bat son plein aujourd'hui depuis 1939 et/ou le concile Vatican II, pour cela je vous mets un lien intéressant qui vaut vraiment le coup (et le reste du site, dévoué à Notre-Dame de Fatima, est trés bien également)http://www.fatima.be/fr/fatima/secret/message.php

Voilà, désolé d'avoir été, long. Sur ce genre de sujet, on a tellement de chose à dire!

En union de prière.
Franklin