jeudi, octobre 16, 2008

La montée du Carmel

J'avais acheté il y a une quinzaine d'année un petit livre, Petite vie de St Jean de la Croix. Je l'avais lu d'un trait, et j'en avais gardé une grande sympathie pour le bonhomme.

Après cela j'avais acheté La vive flamme d'amour, mais j'avais trouvé la lecture ardue et n'avais pas continué.

Donc voilà, quinze ans après je ressort le bouquin, me disant qu'en ayant pris de la bouteille et de la brioche, j'allais y arriver cette fois-ci.

Peine perdue... Il y a des jours où je me sens bête. En fait, c'est l'inverse: il y a des jours où je me sens intelligent, mais celui-là n'en faisait pas partie.

Peu après, parcourant ma bibliotèque des yeux, j'ai retrouvé un livre qu'on m'avait donné lors d'un vide-grenier, et qui dormait là, invisible avec sa tranche blanche parmis d'autres tranches blanches. C'était La montée du Carmel.

J'ai commencé de le lire, et victoire! j'y arrive. C'est pas que je me sente spécialement intelligent, au contraire, c'est que St Jean y est très pédagogique.

Ceci dit, sa clarté me permet de comprendre davantage St Louis-Marie dont le style quelque peu baroque a parfois tendance à m'emberlificoter.

Par exemple dans le livre I, chapître 5, St Jean écrit que l'âme contriste [...] beaucoup la divine Majesté quand elle recherche l'aliment spirituel sans se contenter de Dieu seul.

Il pointe là le fait qu'on a tendance à rechercher les consolations spirituelles alors que toute notre attention doit être concentrée uniquement sur Dieu.

Cela rappelle que dans la voie montfortaine, on donne tout à Marie, y compris les bien spirituels. On ne les cherche plus puisqu'on remet tout à cette chère Mère et Maîtresse. Cela peut nécessiter parfois d'apprendre à lui faire encore plus confiance, et de laisser cette tendance inconsciente qui nous fait se dire "j'y arrive", alors que tout est grâce.

2 commentaires:

Daniel Arseneault a dit…

Pour un blog qui s'intitule "Dieu seul", il est étonnant de voire autant de matériel consacré à la dévotion mariale. À mon avis, c'est à Dieu seul que les chrétiens doivent rendre un culte (Exode 20:5). Plutôt que vénérer Marie pour sa perfection, remercions Dieu pour ce qu'il a fait d'elle. Elle-même n'y est pour rien.

Mickaël a dit…

Bonjour,

Marie n'y est pour rien dites-vous? N'a-t-elle pas dit oui à l'ange? N'a-t-elle pas provoqué le miracle inaugural de la vie publique de Jésus?

Vous pourriez peut-être vous renseigner sur les tenants et aboutissants de cette dévotion avant de juger?