samedi, janvier 06, 2007

Adieu la Fnac

La Fnac, tout le monde connait. C'est un vaste supermarché du "culturel" et de la technique. Enfin supermarché... en s'installant en centre-ville, ils ont su garder un aspect de grand magasin, qui en général à l'air assez sympa.

Moins sympa quand j'étais métalleux, c'était le vigile qui venait mettre son nez sur mes doigts, quand je faisais défiler la liste des CD de hard-rock pour voir ce qu'il y avait de neuf. J'avais une veste en jean avec patches et dossard AC/DC, ça devait faire de moi un voleur potentiel à ses yeux.

Enfin bref. J'y étais l'autre jour, en visite rapide. Je voulais voir ce qu'ils avaient à offrir au rayon religion (bien sûr). Suite à cet immonde calendrier de l'Avent, je n'étais cependant pas très positif pour leur acheter quelque chose, mais bon, on peut trouver une perle rare, alors...

Alors j'ai trouver un livre intéressant sur une étagère, dont je reparlerai plus tard (du livre, pas de l'étagère), mais le prix relativement élevé (17 €) m'a retenu de l'acheter, j'ai voulu réfléchir un peu.

En partant, j'ai regardé les bouquins sur le présentoir : du bon et du moins bon. Et là, à quelques jours de Noël, au beau milieu de ce présentoir, se trouvaient plusieurs exemplaires de la Bible Satanique d'Anton LaVey.

Ce fut la goutte qui fait deborder le vase! J'ai donc décider de voter avec mon porte-monnaie, et, désormais, de ne plus acheter à la Fnac.

Après quelques jours de réflexion, j'ai décidé d'acheter le livre qui m'intéressait, mais dans une autre librairie, où il n'y avait pas de Bible satanique en vente.

5 commentaires:

Anonyme a dit…

Ben, moi, je continuerai à y aller, parce que j'ai pu "étudier" gratuitement le contenu de ce livre.

Il m'a apporté de nombreuses réflexions, tentations et libérations, si, si !
Je dois bien l'avouer : il m'a semblé que l'objet de ce livre se trouve là. Et je considère le reste comme un canular. Dès que ça sort de cet esprit... là se trouve le mal.

Bref, je préfère regarder le "mal" en face, pour ce qu'il est... ou semble être. Au moins, dans ce cas, il ne se cache pas sous des aspects inoffensifs.
Et puis, lorsque j'entendrai parler de satanisme, je saurai un peu plus de quoi je parle.

Le seul constat effarant pour moi : la société moderne nous propose bien souvent (tout le temps ?) la démarche sataniste. Je vois beaucoup de satanistes qui s'ignorent autour moi. Et j'en fait parfois partie ;-)

Mais il s'agit d'une constatation plutôt banale...

Bonnes lectures !

Philalèthe.

PS : L'archange saint Michaël fuit-il devant le diable ?

Dang a dit…

Je n'aime pas trop la Fnac et je me serais bien laissé persuader de ne plus y mettre les pieds. Seulement voilà, c'est trop tard. Je viens d'y acheter "Histoire du Catholicisme" de Jean-Pierre Moisset (Flammarion). Un bon bouquin que je recommande et que je n'ai trouvé qu'à la Fnac!

Mickaël a dit…

@Philalèthe:
Je suis tout à fait d'accord avec vous sur le fait que la société moderne propose la démarche sataniste : Satan est le prince de ce monde, et comme ce monde actuel a décidé de tourner le dos à l'Evangile, il s'en donne à coeur joie. Et c'est l'individualisme qui prime, pas la charité envers le plus faible.

L'archange Michaël est celui qui chasse le diable du ciel. Il est mon saint patron. Mais il est un archange. Moi je suis qu'un homme, pécheur de surcroît. Si l'on a besoin de confronter le mal directement, il est important d'être saint au sens chrétien du terme, sinon on peut y perdre des plumes. Je n'aurai pas cette prétention.

Ce livre va amener beaucoup à la damnation. C'est très triste. La seule chose que je peux faire, autre que prier, et bien c'est de ne pas cautionner cela en arrêtant d'acheter à la Fnac.

Mickaël a dit…

@Dang:
Aïe aïe aïe. Ce livre est une perle rare :-)

Enfin bon, cesser d'être client de la Fnac, c'est ma démarche. Chacun est libre d'en faire de même ou non :-)

Franklin a dit…

J'approuve votre décision. La Fnac est un magasin "démagogique" qui fait croire qu'il nous vend moins cher pour quelques centimes de moins que dans d'autres magasins.
Ce qui est drôle c'est que la direction est socialiste convaincue, mais sous-paye ses employés (sans doute pour regagner ses quelques centimes). Et ce sont les mêmes qui viennent dénoncer le capitalisme qui exploite les puavres gens.
On appelle ça la contradiction du diable. D'ailleurs à la Fnac, ils vendent "sa" bible.

"On ne peut à la fois servir Dieu et l'argent".
On ne peut servir deux maîtres à la fois. La Fnac a choisi le sien.