lundi, janvier 15, 2007

Suite de l'affaire Wielgus

Un article de Libération revient sur cette affaire.

On peut noter que:
Dans un tardif repentir, Mgr Wielgus avait affirmé s'être confessé au pape. Il semble qu'il ne lui ait pas tout dit. Selon la presse italienne, Benoît XVI n'a pris connaissance des documents que dans la nuit précédant la cérémonie d'investiture de l'évêque. Il a aussitôt pris la décision de le démettre. «Benoît XVI a lui aussi été trahi», explique le père Tadeusz Isakowicz-Zaleski, qui milite en solitaire pour que la vérité soit faite dans l'Eglise polonaise.

Le père Tadeusz Isakowicz-Zaleski, dont j'ai déjà parlé ici, a lui même été victime de la police secrète communiste, la SB, pour son soutient à Solidarité.

A propos des problèmes de collaboration de prêtres avec la SB :
Le problème de la collaboration ne touche, selon l'IPN (NDB: Institut national de la mémoire ), qu'une poignée de prêtres. «Tous les prêtres étaient sous pression de la SB, mais seulement 10 % ont signé des déclarations de collaboration qui, pour beaucoup, ne se sont jamais concrétisées [...]. L'Eglise polonaise, contrairement aux Eglises tchèque ou allemande, est sortie du régime communiste la tête haute.»

Pour éviter qu'un tel scandale ne se reproduise, l'Eglise de Pologne à décidé de passer au crible le passé des évêques polonais.

Aucun commentaire: