mardi, février 13, 2007

Portugal : tremblement de terre

Hier lundi un tremblement de terre a eu lieu au Portugal, forçant des centaines de personnes à évacuer immeubles et habitations, aussi bien au Portugal qu'en Espagne. Fort heureusement aucun blessé n'est à déplorer.

L'épicentre était dans l'atlantique à 160 km au sud-ouest du cap St Vincent dans la province d'Algarve. La magnitude du séisme était de 6 sur l'échelle de Richter, ce qui qualifie ce séisme de "fort".

Les secousses ont été ressenties à Lisbonne et Madrid, ainsi qu'à Casablanca, Marrakech et Rabat.

***

Ce séisme se produit le jour suivant l'annonce par le gouvernement portugais de ne pas respecter les règles démocratiques en passant par le parlement pour faire voter la légalisation de l'avortement, alors que le référendum devant décider de cette question est invalide pour cause de faible participation. Bizarre, non ?

9 commentaires:

Anonyme a dit…

n'importe quoi comme si il y avait un lien entre la decision du parlement et le tremblement de terre, reveille toi l'ami tu es dans le monde réel là...

Enfin le portugal legalise l'avortement et s'ouvre a la modernité un peu, les pays arrieré comme celui-ci ou la pologne font peur a voir, mais un jour ca s'arrangera, j'y crois dur comme fer.

Mickaël a dit…

:-)

J'ai seulement mis en rapport les deux évènement. Après, chacun est libre de croire ce qu'il veut...

Je te serais gré d'éviter des commentaires xénophobes: ce n'est pas parce que le Portugal et la Pologne ont une autre culture, qui ne te plaît pas, qu'ils sont arriérés.

Anonyme a dit…

c'etait peut etre un peu fort mais pour moi un pays developpé aujourd'hui, en l'an 2007 avec les avancées scientifiques existante se doit de permettre aux femmes desireuses d'avorter, de le faire. je vois pas l'interet de mettre au monde un gosse qui sera atteint de malformation, ou alors qui vivra dans une famille incapable de l'entretenir, cette interdiction d'avorter n'apporte que le malheur et ce sont encore les enfants qui sont les victimes de la debilité des gens.

on va dire retardé au lieu d'arrieré si tu prefere :). En plus j'aime bien la pologne en dehors de ce detail

Mickaël a dit…

Le principe d'une société civilisée c'est d'aider et de protéger les plus faibles: la défense de la veuve et de l'orphelin comme on disait dans le temps. Aujourd'hui ce sont les embryons... et leur mère.
Je ne crois pas que beaucoup de femmes sont désireuses d'avorter de leur plein gré. C'est davantage la pression sociale et la culture actuelle qui veulent cela.

Pour ma part j'y vois une atteinte à la dignité de la femme et un moyen d'oppression des hommes sur les femmes (on s'amuse un samedi soir et on élimine les conséquences).
Entre vivre quelques années dans une situation précaire ou éliminer un innocent et ensuite être accablé par le regret voir le remords toute sa vie, je crois que la première solution est de loin la plus humaine.

L'intérêt de mettre au monde un enfant malformé... Un enfant est une personne, pas un jouet qu'on jette parce qu'il n'est pas aussi joli que ce qu'on avait espéré ou parce qu'on ne peut pas acheter les accessoires pour le rendre aussi joli que celui de son voisin... on parle d'être humain là, pas de poupées en plastique. Ce n'est pas à toi ou à moi de décider qui a le droit de vivre ou de mourir, désolé.

Anonyme a dit…

quand je parle de malformé, je parle pas de la beauté, mais je veux dire une maladie, qui va souffir? l'enfant bien sur juste a cause d'un principe religieux... je trouve ca plus que dommage et regrettable, evidemment que des fois l'homme fait pression sur la femme pour avorter, c'est là que c'est condamnable, pour prevenir il existe la contraception quand meme, mais une femme vraiment desireuse d'avorter d'elle meme doit pouvoir le faire en toute securité et légalité de mon point de vue.

Apres en effet la pression sociale existe, une femme dans une situation precaire n'a evidemment pas envie de se retrouver avec un enfant a charge, c'est en effet triste d'en arriver là, mais malgré tout il faut leur permettre d'avorter si elles le desirent.

et puis honnetement pour moi l'embryon n'est pas une personne, ce n'est pas comme tuer un etre vivant, ca te parait peut etre fort mais pour moi l'embryon reste quelque chose d'abstrait, d'ailleurs juridiquement il n'est pas considéré comme une personne...

Enfin si ce n'et pas a nous de decider du droit de vivre ou mourir qui le fera? c'est à l'Homme de le decider et de prendre les choses en main, on ne va pas attendre apres une entité divine abstraite... La science progresse et fait evoluer le monde dans le bon sens, aujourd'hui dans le monde je suis de ceux qui pensent que la religion n'a plus vraiment sa place car elle est un frein a l'evolution de l'Homme , malheuresement mon point de vue est minoritaire mais j'ai bon espoir que les generations futures prennent conscience et developpent leur propre sens critique vis a vis de pratique archaique et de spiritualité débordante. je crois a un monde dans lequel la science demontrera les choses telles qu'elles sont, un jour ou l'autre on prouvera que Dieu n'existe pas, et que la terre n'a pas ete crée par un Dieu omniscient et tout puissant. Apres tout la science n'a t'elle pas montrer le contraire de choses que la religion voulait faire croire avec le temps? il n'y a pas si longtemps, tout le monde pensait que la terre etait plate, et lorsque ce bon vieux galilée a dit qu'elle etait ronde, la bonne vieille pensée catholique l'a accusé d'heresie et a voulu le bruler. finalement qui avait raison?

Ceci n'est qu'une preuve parmi tant d'autres que la religion est un frein a la connaissance de l'univers qui nous entoure, si on avait attendu apres un Dieu sans se prendre en main on vivrait encore dans des huttes.

C'est ce que je pense personnellement et j'espere que l'Homme va progresser. Evidemment tu ne seras pas d'accord avec moi mais c'est de bonne guerre :)

mhg a dit…

Juste de petites remarques:
Il faut réviser son Histoire des Sciences => Galilée...à revoir sérieusement, les lois Kleber, par exemple.
Je suis un élément féminin, d'un certain âge maintenant; je suppose que la personne méprisant la vie l'embryon est un bon "macho"; pour ma part, les enfants que j'ai portés son issus de ma chair, et entendre des propos tels sur ce qu'il ont été, est une grande douleur.
Quant à Dieu, au choix: l'homme s'appercevra de son inexistance... ou bien, à l'inverse, Dieu mettra l'Homme devant sa poussière, devant sa présomption, ou devant son orgueuil, devant son impuissance...Actuellement des prémices de la deuxiéme solution se font sentir, par les tremblements de terre, par exemple.
Enfin, c'est mon avis, mais ...Dieu seul sait, n'est-ce-pas?

Mickaël a dit…

A Anonyme:

J'ai bien compris que tu ne parlais pas de beauté. Mais ton raisonnement n'est pas sain: parce que tu crois qu'il va souffrir, tu le tues. C'est de l'humanisme ? Ah oui, le truc c'est de dire qu'il n'est pas une personne. Désolé, mais cela ne marche pas : beaucoup de femmes ayant avorté dans un délai légal le regrettent le reste de la vie. Pourquoi en souffrent-elles si ce n'était pas une personne ?
A refuser de reconnaître le statut de personne à un embryon peut conduire d'ailleurs à de tragiques absurdités comme ce cas italien où l'avortement est raté et qu'il faut ensuite tenter de sauver le bébé (qui décèdera plus tard).
Que l'homme décide du droit de vivre ou de mourrir, je ne le comprends que dans le cas de la justice, bien que je sois contre la peine de mort. Je ne le comprends pas qu'on supprime des individus parce qu'on décide à leur place que leur vie ne sera que souffrance ou qu'ils coûteront trop cher à la famille ou à la société. Un être humain vaut plus que l'argent, même que celui du contribuable, tu sais ? Je ne sais pas si tu as fréquenté des personnes handicapées dans ta vie.
La science n'est qu'un outil, et on peut l'utiliser pour le bien comme pour le mal (exemple typique: le nucléaire). Inféoder sa conscience à la science est donc dangereux.
Pour Galilée, on relira avec fruit l'article de P. de Plunkett.

Anonyme a dit…

pourquoi les femmes souffrent d'avorter je vais te le dire... sur le coup elle ne souffre pas, mais des mois parfois des années apres elles regrettent bien souvent c'est vrai. Car elles imaginent qu'à leur côté elles pourraient avoir un gosse, c'est cette idée là qui les chagrine je pense plus que le fait d'avoir détruit un embryon qui n'est pas un être auquel on s'attache (il me semble).

Apres tu a raison l'argent du contribuable est moins important qu'une vie bien sur. Mais crois tu que la personne handicapée lourdement est heureuse de sa vie? je ne le crois pas, quand elle est jeune et qu'elle voit tout les autres enfants s'amuser courrir, et qu'elle est dans un fauteuil à ne pouvoir bouger que la tête, crois bien que ca me désole et que ca me fait de la peine pour cette personne, mais je n'y peut rien, alors evidemment les parents souvent ne savaient pas que leur enfant allait naitre comme ça.

Mais dans le cas ou on les previent qu'il y a un risque je continue de penser que c'est criminel de mettre au monde ou du moins insensé pour ce pauvre gamin qui va vivre une vie de souffrance, de frustration et generalement d'ennui.

c'est pour ça que je pense que l'avortement est une bonne chose.

Anonyme a dit…

quand tu parles du nucléaire qui est le mal tu parles du nucléaire militaire ou civil? ou les 2 peut être? militaire je suppose. C'est le mal oui quand on s'en sert mais pour dissuader ça peut toujours servir.

Sinon ca nous ramène aussi au probleme euthanasie, prenons un cas celebre vincent Humbert, accidenté de la route et qui devient handicapé a vie, il ne peut que cligner des yeux, et demande à mourrir, voilà on lui dit c'est interdit... et lui il est condamné a une vie dénuée de sens, ou il souffre, ne peut parler ni bouger.

De quel droit le politique se permet de détenir la vie d'un Homme qui demande à partir avec dignité? tout ça parce que nous sommes un pays d'origine judéo chretienne qui a fondé la morale de politiciens trop vieux pour se mettre au goût du jour?

Désolé mais pour moi si un type comme humbert demande le droit de mourrir je vois pas pourquoi on lui refuse, sa vie n'avait plus de sens, pas parce que je le dis mais parce que lui le pensait...