dimanche, septembre 16, 2007

Choisir sa contraception

Alors voilà, on ne peut pas y échapper: un institut gouvernemental nous bazarde une campagne pour choisir sa contraception.

On ne peut pas y échapper: 3 semaines de spots publicitaires et un mois d'annonces sur les radios djeunes. Une société voulant se fabriquer de nouveaux consommateurs pour l'avenir ne s'y prendrait pas autrement.

Alors j'ai jeté un coup d'oeil sur la page consacrée aux méthodes naturelles: elles se font tailler en pièces.
Leur efficacité est très variable (jusqu’à 20 % d’échecs), selon le couple, la femme, le mode de vie de chacun, etc. Même lorsque la femme connaît exactement la date de son ovulation (ou pense qu’elle la connaît) les méthodes naturelles sont très imprécises et peu fiables, car l’ovulation peut être avancée ou reculée par toutes sortes d’événements, à commencer par les émotions ! (source)


Alors la méthode Billings pffouit! C'est du vent! Le système Persona aussi! Pourtant Persona affiche un taux de fiabilité de 94% (d'après le fabriquant). La méthode Billings se situe au même niveau. Rejeter ces méthodes d'un revers de main en les qualifiant de très imprécises et peu fiables n'est tout simplement pas sérieux.

On peut d'ailleurs douter de la fiabilité des méthodes fiables:
Le taux de recours à la contraception en France est l’un des plus élevés d’Europe et pourtant le nombre d’IVG est stable depuis 30 ans (environ 200 000 par an). Il est frappant de constater que 2/3 des IVG ont lieu chez les femmes utilisant une contraception théoriquement (pilule, préservatif ou stérilet) et sont donc liées à un mauvais usage de cette contraception au quotidien.(source)


On a bien lu: malgré trente ans d'éducation réussie sur les méthodes de contraception (j'écris "réussie" car la France est dans le peloton de tête dans l'utilisation de contraceptifs), le nombre d'avortements n'a pas diminué! Et en plus les 2/3 de avortements ont lieu chez des femmes utilisant des contraceptifs.

Et si on responsabilisait les gens plutôt que de répéter ce qui se fait depuis 30 ans et qui est un échec? Et si on leur apprenait ce qu'est l'amour? C'est bien, cela éviterait aux filles d'avaler des tas de médocs et à d'autres de connaître le drame de l'avortement.

Bon c'est sûr, c'est pas ça qui va donner du boulot au complexe médico-industriel...

Pour en savoir plus:
Encyclique Humanae Vitae
Le choix d'aimer naturellement

2 commentaires:

Dang a dit…

Nous vivons sous le règne de l'équation: contraception = libération sexuelle. C'est bien la libération sexuelle qui est mise en avant, qui fait qu'au début des années 1980 "Le Monde" affirmait que 10% seulement des séropositifs auraient le SIDA.Et pourquoi tient-on tant à la libération sexuelle si ce n'est qu'elle bat en brèche la morale chrétienne traditionnelle.

Mickaël a dit…

La libération sexuelle est responsable de la propagation super-rapide du sida au début des années 80. Mais avant de voir quelqu'un de cette période le reconnaître l'eau a le temps de couler sous les ponts.