mardi, août 28, 2007

La nuit obscure

Ces derniers mois mon blog a un peu baissé en qualité. J'ai eu moins de temps et d'envie aussi pour écrire des articles de réflexion ou continuant d'expliquer la spiritualité montfortaine, me contentant trop souvent de rebondir sur l'actualité.

C'est un peu dommage mais c'est ce que je fais de nouveau aujourd'hui. En effet, nombre de médias relaient l'information erronée que Mère Teresa auraient eu sa foi ébranlée (Le Figaro, TF1 aussi mais je ne retrouve plus le lien). Pour une fois, c'est Le Monde qui fait l'article le plus sérieux sur la question.

J'écris en effet que cette information est erroné, car ce qu'a vécu Mère Teresa, c'est une longue épreuve que Dieu lui a permis de connaître. Dans sa jeunesse, elle a eu la grâce le locutions intérieures, et même de visions célestes. Mais tout ceci a été suivi de 50 ans d'obscurité.

Le site du Vatican en parle:
L’ensemble de la vie et de l’œuvre de Mère Teresa témoignent de la joie d’aimer, de la grandeur et dignité de chaque être humain, de la valeur de chaque petite chose faite avec foi et avec amour, et, par-dessus tout, de l’amitié avec Dieu. Mais il y avait un autre côté héroïque de cette grande femme qui fut révélé seulement après sa mort. Cachée aux yeux de tous, cachée même à ses plus proches, sa vie intérieure fut marquée par l’expérience d’un sentiment profond, douloureux et constant d’être séparée de Dieu, même rejetée par lui, accompagné d’un désir toujours croissant de son amour. Elle appela son expérience intérieure, “l’obscurité”. La “ nuit douloureuse ” de son âme qui débuta à peu près au moment où elle commençait son travail pour les pauvres et qui continua jusqu’à la fin de sa vie, conduisit Mère Teresa à une union toujours plus profonde avec Dieu. A travers cette obscurité, elle participa mystiquement à la soif de Jésus dans son désir d’amour douloureux et ardent, et elle partagea la désolation intérieure des pauvres.

Il s'agit d'une épreuve de purification spirituelle, celle de la nuit obscure telle que l'ont vécu St Thérèse de l'enfant Jésus, ou encore St Jean de la Croix.

Et qu'en est-il de St Louis-Marie Grignon de Montfort? A-t-il vécu lui aussi une telle épreuve?

On en a une indication que St Louis-Marie a connu cela dans une petite phrase du Traité de la vraie dévotion:
Il faudra passer par des nuits obscures, par des combats et des agonies étranges, par des montagnes escarpées, sur des épines très piquantes et par des déserts affreux.(VD 152)

Ainsi il décrit que celui qui suit la voie mariale devra connaître des épreuves, comme dans les autres spiritualités, mais :
[...] par le chemin de Marie, on passe plus doucement et plus tranquillement. On y trouve, à la vérité, de grands combats à donner et de grandes difficultés à vaincre ; mais cette bonne Mère et Maîtresse se rend si proche et si présente à ses fidèles serviteurs, pour les éclairer dans leurs ténèbres, pour les éclaircir dans leurs doutes, pour les affermir dans leurs craintes, pour les soutenir dans leurs combats et leurs difficultés, qu'en vérité ce chemin virginal pour trouver Jésus-Christ est un chemin de roses et de miel au vu des autres chemins.(VD 152)

N'hésitons pas à suivre Marie, notre Bonne Mère nous aidera dans les épreuves!

mercredi, août 22, 2007

Egypte : Une « fatwa » condamnne à mort un jeune couple devenu chrétien

ROME, Mardi 21 août 2007 (ZENIT.org) – En Egypte, une fatwa (sentence religieuse) condamnne à mort un jeune de 25 ans, Mohamed Hegazy, et sa femme, qui ont embrassé le christianisme.

La fatwa a été lancée par le recteur de la faculté d’études islamiques de la prestigieuse université Al Azhar du Caire.

Militant politique, Mohamed Hegazy avait abandonné l’islam à l’âge de 16 ans, et il a maintenant demandé que le changement de religion soit enregistré sur sa carte d’identité. Constamment menacé, le jeune couple est condamnné à vivre dans la clandestinité.

Camille Eid, journaliste et co-auteur d’un livre sur la situation des msusulmans qui ont demandé le baptême, a confié aujourd’hui au micro de Radio Vatican : « Chaque année, il y a des nouvelles de ce genre, que je récupère dans la presse arabe ou islamique en général. Par exmple, la presse algérienne a insisté ces derniers mois sur la conversion au christianisme de milliers d’algériens, surtout dans la zone habitée par les Berbères de Kabilie. Il y a des cas semblables en Turquie, en Tunisie, dans les pays du Moyen Orient, et le cas de Hegazy n’est donc pas isolé ».

Il précisait que l’université Al Azhar est « à la foi publique et religieuse, parce que le département des études religieuses a une autorité effective et ce n’est pas une fatwa lancée par n’importe quel groupe musulman : ses décrets religieux sont très écoutés ».

Pour ce qui concerne la situation des chrétiens en Egypte, l’auteur souligne qu’ils sont « libres de pratiquer leur culte, d’aller à l’église, de célébrer les mariages, les funérailles », mais « ils rencontrent des difficultés dans la construction, l’édification de nouveaux lieux de culte, la restaurations de leurs églises ». « D’autre part, ajoute-t-il, les Coptes subissent une discrimination dans l’attribution de charges institutionnelles ».

Il précisait, à propos des chrétiens Coptes : « J’ai personnellement eu l’occasion il y a quelque temps de demander à l’un des chefs de l’Eglise copte pourquoi ils n’accueillent pas les demandes de baptême des musulmans désireux d’embrasser la foi chrétienne et il me disait qu’ils craignent que ce soit un piège des services secrets pour les mettre à l’épreuve et voir s’ils accueillent ou non ces demandes ».

lundi, août 20, 2007

Portrait de la France qui ne croit plus

E-déo nous fait un résumé d'un article de l'hebdo La Vie concernant la foi et le manque de foi en France.

On retiendra que la seule religion présente sur tout le territoire est le catholicisme.

L'article se conclue sur une rapide présentation géographique de la déchristianisation en France:
"Les sans religions obtiennent leur meilleur score dans les départements qui composent ce que j'ai appelé la "diagonale aride". Réparti entre le Bordelais et les Ardennes, l'ensemble forme un bloc sociodémographique relativement homogène. Ce sont les espaces où le dynamisme démographique s'est avéré médiocre depuis la Seconde Guerre mondiale. C'est la France des faibles densités caractérisée par une destruction des communautés rurales et une forte émiration (sic) vers les grandes villes. C'est une partie de la France du vide et de ses services publics et privés en crise. Certains l'appellent aussi la diagonale de "vieille déchristianisation" en raison d'une perte d'influence déjà ancienne de l'Eglise. Cette diagonale n'est pas forcément celle d'un athéisme militant, mais davantage celle d'un délitement du lien social."

mercredi, août 15, 2007

Bonne fête de l'Assomption

En ces jours-là, Marie se mit en route rapidement vers une ville de la montagne de Judée. Elle entra dans la maison de Zacharie et salua Élisabeth. Or, quand Élisabeth entendit la salutation de Marie, l'enfant tressaillit en elle.
Alors, Élisabeth fut remplie de l'Esprit Saint, et s'écria d'une voix forte : « Tu es bénie entre toutes les femmes, et le fruit de tes entrailles est béni. Comment ai-je ce bonheur que la mère de mon Seigneur vienne jusqu'à moi ? Car, lorsque j'ai entendu tes paroles de salutation, l'enfant a tressailli d'allégresse au-dedans de moi. Heureuse celle qui a cru à l'accomplissement des paroles qui lui furent dites de la part du Seigneur. »
Marie dit alors : « Mon âme exalte le Seigneur, mon esprit exulte en Dieu mon Sauveur. Il s'est penché sur son humble servante ; désormais tous les âges me diront bienheureuse. Le Puissant fit pour moi des merveilles ; Saint est son nom ! Son amour s'étend d'âge en âge sur ceux qui le craignent. Déployant la force de son bras, il disperse les superbes. Il renverse les puissants de leurs trônes, il élève les humbles. Il comble de bien les affamés, renvoie les riches les mains vides. Il relève Israël son serviteur, il se souvient de son amour, de la promesse faite à nos pères, en faveur d'Abraham et de sa race à jamais. »
Marie demeura avec Élisabeth environ trois mois, puis elle s'en retourna chez elle.(Lc 1, 39-56)

lundi, août 06, 2007

RIP: Mgr Jean-Marie Lustiger

Un grand homme vient de nous quitter: l'ancien archevêque de Paris, le cardinal Jean-Marie Lustiger.

Dans la blogosphère assoupie dans cette période estivale, Patrice de Plunkett nous rapporte la nouvelle, et dénonce le manque de rigueur du service publique, ainsi que le conservateur.

Dans les grands médias, le Figaro fut le premier a rapporter la nouvelle. France 2 en fait autant sur son site, mais le qualifie de "traditionaliste moderne" sans en apporter de véritable explication, si ce n'est qu'il défendait les positions traditionelles de l'Eglise. Il ne semble apparement pas logique pour tout le monde qu'un cardinal défende les positions de l'Eglise.

Je n'ai jamais rencontré Mgr Lustiger (je suis loin d'être parisien), et je ne me souviens pas avoir lu l'un de ses livres. Mais c'est une personne que j'ai toujours admiré, en raison de sa profonde amitié avec le Christ: en effet, il s'est converti au christianisme, et ensuite a découvert sa vocation et s'est engagé dans le sacerdoce.

Nous avons beaucoup à apprendre de lui.

mercredi, août 01, 2007

Prière scoute

Le scoutisme fête ses 100 ans. C'est le moment de se rappeler la prière scoute:

Seigneur Jésus,
Apprenez-nous à être généreux,
A vous servir comme vous le méritez,
A donner sans compter,
A combattre sans souci des blessures,
A travailler sans chercher le repos,
A nous dépenser sans attendre d'autre récompense
Que celle de savoir
Que nous faisons votre Sainte Volonté.

(Père Jacques Sevin SJ)