vendredi, avril 28, 2006

St Louis-Marie: biographie

SAINT LOUIS-MARIE GRIGNION de MONTFORT
Fondateur d'Ordres religieux,
Docteur de la médiation de Marie
(1673-1716)

Louis-Marie Grignion de La Bacheleraie naquit à Montfort-la-Cane, alors du diocèse de Saint-Malo, aujourd'hui de celui de Rennes, le 31 janvier 1673. Par esprit de religion et d'humilité, il abandonna plus tard le nom de sa famille, pour prendre celui du lieu de sa naissance et de son baptême. Sa première éducation fut pieuse et forte; il la compléta chez les Jésuites de Rennes, où il acquit la réputation d'un saint Louis de Gonzague.

La Providence le conduisit ensuite à Paris, pour y étudier en diverses maisons tenues par les Sulpiciens, et à Saint-Sulpice même. Dans ce séminaire, où il brilla par son intelligence et sa profonde piété, on ne comprit pas assez les vues de Dieu sur lui. Dieu le permit ainsi pour le former à l'amour de la Croix, dont il devait être l'apôtre passionné. C'est à l'école de Saint-Sulpice qu'il puisa toutefois son merveilleux amour de Marie et qu'il se prépara à devenir Son apôtre et Son docteur.

Jeune prêtre, il fut d'abord aumônier à l'hôpital de Poitiers, où il opéra une réforme aussi prompte qu'étonnante. Ballotté ensuite pendant quelques temps par les persécutions que lui suscitaient les Jansénistes, il se rendit à Rome en vue de s'offrir au Pape pour les missions étrangères, et il reçut du Souverain Pontife l'ordre de travailler à l'évangélisation de la France.

Dès lors, pendant dix ans, il va de missions en missions, dans plusieurs diocèses de l'Ouest, qu'il remue et transforme par sa parole puissante, par la flamme de son zèle et par ses miracles. Il alimente sa vie spirituelle dans une prière continuelle et dans des retraites prolongées, il est l'objet des visites fréquentes de la Sainte Vierge. Ses cantiques populaires complètent les fruits étonnants de sa prédication; il plante partout la Croix; il sème partout la dévotion au Rosaire: il prépare providentiellement les peuples de l'Ouest à leur résistance héroïque au flot destructeur de la Révolution, qui surgira en moins d'un siècle.

Source: Pape Benoît

St Louis-Marie Grignon de Montfort

Aujourd'hui c'est le 28 avril, et le 28 avril c'est sa fête dans l'Eglise.

jeudi, avril 27, 2006

Musique brésilienne: Sepultura

Quand j'étais hard-rockeur (trasher, pour les connaisseurs), j'écoutais Sepultura. C'était la grande époque, avec des albums phare comme Beneath the remains et Arise.

Ce qui m'intriguais chez eux, c'était qu'ils étaient brésiliens, ce qui était rare à l'époque. En plus, les deux frères du groupe avaient un nom italien (Max et Igor Cavalera), et non pas portugais. C'était vraiment bizarre.

Et bien, j'ai appris la raison: quand l'esclavage a été aboli, les anciens esclaves ne voulaient plus travailler dans les plantations de café, ce qui est bien compréhensible. Alors ce sont des immigrés italiens qui sont venus s'installer au Brésil.

Et voilà, une énigme résolue :-p

Retour sur le Brésil

Et bien, je dois bien reconnaître que ce que j'ai vu du Brésil m'a plût.

Ceci dit, j'ai quand même eu de la chance: la région de São Paulo est sans doute la plus européenne et la plus riche du pays (à elle seule elle produit 25% du PIB brésilien). Donc on se sent un peu en Europe, mais en même temps c'est différent.

On m'avait parlé de la criminalité au Brésil; en fait le problème se situe à Rio de Janeiro, où des gamins font partie de gangs et sont armés, et où les cambrioleurs, armés, ne se gênent pas pour venir visiter les maisons quand les habitants sont chez eux.

Ceci dit, j'ai quand même vu des maisons avec des clôtures électriques.

Et pour rentrer dans les grattes-ciel résidentiels, c'est pas triste non plus: les bâtiments sont entourés d'une clôture, avec des piques et des fils électriques en haut. Pour rentrer, on doit parler avec le concierge par un interphone, attendre qu'il ouvre la première grille, s'engouffrer, attendre qu'elle se referme, et ensuite attendre que la deuxième grille s'ouvre. Quand on l'a passé, le concierge vient jeter un coup d'oeil sur les visiteurs, on ne sait jamais.

Deux dépêches...

Je viens de lire sur le Figaro deux dépêches, qui mises l'une après l'autre font un drôle d'effet.

Comme c'est dans la petite boîte "En directe de la rédaction", et qu'elles vont sans doute disparaître bientôt, je me permets de les reproduire.

La première:
13:57 Ahmadinejad ne "cèdera pas à la pression"
Le président iranien a déclaré: "Nous avons obtenu la technologie pour produire du combustible nucléaire, personne ne peut en priver notre nation", lors d'un rassemblement au nord de l'Iran.


La seconde:
14:00 Les ayatollahs rappellent Ahmadinejad à l'ordre

Vous croyez qu'ils vont lui dire d'arrêter avec le nucléaire? Et bien détrompez-vous:
Plusieurs ayatollahs iraniens, et 120 parlementaires, contestent la décision du président iranien d'ouvrir les stades aux femmes. "La présence de femmes dans ces endroits est anti-islamique", déclarent-ils.


On pourrait presque en rire.

mercredi, avril 26, 2006

Bien rentré

Et bien me revoilà à la maison.

Bon, ce soir c'est l'anniversaire de ma grande fille (7 ans!), il faut préparer tout ça.

samedi, avril 22, 2006

Tourisme

Aujourd'hui nous sommes allés visiter un peu la campagne.

C'était très chouette: nous nous sommes balladés dans une grande propriété, le long d'une rivière.
L'eau était fraîche, il avait des cascades, et plein d'arbres autour. Les arbres sont pratiques pour les araignées: elles peuvent faire leur toile d'un arbre à l'autre, au-dessus de la rivière. C'est impressionnant, surtout quand on voit la taille des araignées: grosses comme mon pouce. Beh!

La propriété est coupée en deux par l'autoroute, et la rivière passe dessous, dans un tunnel. Nous l'avons pris, avec cette recommandation du propriétaire: "Ne touchez pas les parois, elles sont pleines d'araignées!" Et comme c'était un tunnel tout noir, on se serrait cru dans le Seigneur des Anneaux (les connaisseurs comprendront).

Après tout ça, nous avons eu droit à un rafraîchissement et nous sommes rentrés à l'hôtel.

Demain nous partons pour Sao Paulo, et je prends l'avions dimanche soir: je risque de ne pas bloguer jusqu'à mardi.

vendredi, avril 21, 2006

Presse certifiée RDDV

Il y en a un qui fait rire (jaune) la blogosphère, c'est Renaud Donnedieu de Vabres, qui veut mettre en place une certification des journalistes, car sur Internet, on trouve du bon et du moins bon.

Il faut donc s'assurer de la qualité des informations qui y circulent.

Cela apparaît louable, sauf que la manoeuvre s'apparente:
1/ à une censure douce
2/ à une protection de tout un secteur économique: la presse (écrite, radio, TV).

Et je ne suis pas sûr que cela va augmenter la qualité des informations.

Cet article de Libé (future presse certifiée?) est en un parfait exemple.

On apprend que les Dernières Nouvelles d'Alsace (future presse certifiée?) ont mentionné l'histoire d'un mystérieux joggeur qui a sauvé une famille de la noyade.

Puis l'AFP (future presse certifiée?) suit aussitôt
...avec une dépêche titrée : «Un joggeur courageux et discret sauve une famille de la noyade». La narration des faits a mis (presque) toutes les rédactions en ébullition.


On apprend que l'histoire originelle est la suivante:
Mardi soir, à Vendenheim, banlieue nord de Strasbourg, une famille se promène à vélo sur la berge du canal de la Marne-au-Rhin. Un enfant de 9 ans tombe à l'eau et coule. Ses deux frères aînés sautent à sa rescousse, mais se retrouvent en mauvaise posture. Idem pour le père, qui patauge tant bien que mal. Survient alors le «joggeur courageux et discret». Au premier plongeon, il sauve le père et ses deux fils. Au second, il extirpe des profondeurs du canal l'enfant de 9 ans, inanimé, en arrêt cardio-ventilatoire. Sur la berge, il lui redonne vie en pratiquant le bouche-à-bouche et un massage cardiaque. Cela fait, il repart «discrètement, sans même avoir donné son nom ».


A partir de là, après avoir sorti cette belle histoire, la presse (certifiée?) poursuit son travail d'investigation, et trouve que:
1/ c'est le père qui a sorti les deux aînés de l'eau
2/ c'est un riverain qui a sorti de l'eau l'enfant de neuf ans
3/ c'est le client d'un restaurant qui a ranimé le petit garçon.

J'espère que la famille se remet bien de cet accident, et bravo aux trois secouristes.

La lumière a finalement été faite sur ce mystérieux sauveteur.

Ceci dit, c'est quand même la presse, celle qui sera sans doute adoubée, qui nous a bidonné une histoire de mystérieux jogger-sauveteur. Au fait, le jogger, c'est lequel?

Je ne sais pas si cette histoire crédibilise la certification de la presse...

jeudi, avril 20, 2006

Le Brésil? C'est comme en France

Un titre un brin provocateur, pour signaler qu'on pourrait parfois se croire en France.

J'ai pu voir trois Carrefour et un Leroy-Merlin à Sao Paulo, sur la route qui mène à Campinas.

Arrivé à Campinas, il y avait deux grandes tours identiques face à moi: celle de droite était un Hôtel Ibis, celle de gauche un Hôtel Mercure.

Il y a aussi un Carrefour à Campinas.

Hier soir, nous sommes allés au resto... et bien il y avait bien deux français à la table derrière moi, en voyage d'affaire.

Etant un jeune trentenaire, j'ai fait mes études dans la peur du chômage, avec à l'époque 3 millions de chômeurs. J'ai toujours cru que nous étions des brelles en matière d'économie. Et je pense que j'aurais accueilli le CPE comme quelque chose de positif.

Ce que je vois ici me montre qu'il n'en est rien.

J'ai pu voir sur BBC ou CNN, je ne sais plus, que le patron de Philips est un français (il devrait travailler son accent, ite deuzen't sound seriousse tou spik laïk zis). Comme pour Quicksilver. Il y en a sans doute d'autres.

Donc nous savons nous débrouiller avec l'argent, contrairement aux idées reçues, et nous savons nous débrouiller à l'étranger.

Les causes de nos 10% de chômage se situent donc chez nous, en France, et ne sont pas liées à la mondialisation, pas liées aux vilains fond de pensions US.

Le problème est en France. Mais où?

mercredi, avril 19, 2006

Pratique intérieure 3: en Marie

Il s'agit de faire toute chose en Marie.

St Louis-Marie décrit cela dans le Traité, du paragraphe 261 au paragraphe 264.

Marie y est justement présentée comme le Paradis terrestre du Nouvel Adam, Jésus-Christ, où la terre est vierge et immaculée et où l'air est pur.

St Louis-Marie fait d'autres métaphores, que je ne reprendrai pas ici. C'est un passage magnifique, à lire, à relire et à méditer.

Il nous recommende de nous réfugier en Marie pour nous y reposer, pour être délivré de ses craintes, pour résister aux tentations, et pour que notre âme soit formée en Jésus-Christ, et Jésus-Christ en elle (VD 264).

Et concrètement, comment faire ?

Et bien, il faut lire le Secret de Marie, au paragraphe 47, qui concerne le même sujet, pour comprendre qu'il faut s'accoutumer peu à peu à se recueillir au dedans de soi-même pour y former une petite idée ou image spirituelle de la Très Sainte Vierge.

Il faut ainsi s'efforcer de contempler souvent Marie, car c'est l'effet d'une âme parfaite d'y penser continuellement et d'en faire sa principale occupation (SM 72).

Bien sûr, ce n'est pas avec ses propres forces qu'il faut travailler, cette contemplation est une grâce à demander.

C'est alors qu'on peut comprendre ce qu'écrit St Louis-Marie en VD 261, parce qu'on le vit.

mardi, avril 18, 2006

Je suis bien arrivé

Je suis bien arrivé à Campinas, Brésil.

Le décalage horaire est de 5 heures, c'est pas trop mal.

Ici le temps est plutôt ensoleillé, avec un peu de nuages, la température est de 19 C.

Campinas est situé à 1 heure 30 de route de Sao Paulo, et c'est une petite ville (près d'un million d'habitants) comparé à Sao Paulo (20 millions).

dimanche, avril 16, 2006

Campinas

Cette après-midi je pars à Campinas, Brésil, pour une semaine de conférences. Je ne sais pas si je pourrai blogger de là-bas.

A bientôt.

Joyeuses Pâques

Le Christ est ressucité! Alléluia!

jeudi, avril 13, 2006

Heavy metal et satanisme

Je viens de lire cet article ("Le satanisme gagne une jeunesse rebelle") sur le Top Info, qui reprend un article du Figaro Magazine.

Aujourd'hui c'est le Jeudi Saint, et c'est sur le satanisme que je vais écrire :-( Mais bon, je réagis à l'actualité. Et au vu du coup de commerce autour du pseudo-évangile de Judas, on pourrait écrire aussi "Le gnosticisme gagne les médias de la pensée unique".

L'article est, pour une fois, plutôt bien fait. En général, ce genre d'articles possèdent tellement d'imprécisions sur les groupes qu'ils dénoncent qu'ils en perdent toute crédibilité auprès du métalleux de base. Par exemple, l'auteur met Napalm Death dans la liste des groupes de black metal. Et bien non! Napalm Death, à moins qu'ils n'aient changé d'orientation, c'est du grind core! Ils sont morbides, de mauvais goût, mais pas sataniques.

Personnellement, je n'ai jamais été sataniste. Mais j'ai été métalleux pendant 10 ans, et la question est récurrente en ce milieu.

Comment en sommes-nous arrivés là?
Le satanisme n'est pas un phénomène nouveau. Sans remonter jusqu'au temps des sorcières, on peut remarquer que le phénomène existait déjà dans le Paris du XIXème siècle: on peut citer Huysmans, ou encore Jules Bois. Je ne sais pas si Charles Baudelaire peut être qualifié de sataniste, mais il a écrit les Litanies de Satan.

Jules Bois était un ami du franc-maçon McGregor Mathers, co-fondateur (avec deux autres franc-maçons) de la secte Hermetic Order of the Golden Dawn (Ordre hermétique de l'aube dorée).

Cette secte aurait eu comme membre Bram Stoker, l'auteur de Dracula, mais rien ne permet de le prouver. Par contre, elle a eu Aleister Crowley("la Bête") comme membre, qui est souvent regardé comme précurseur du satanisme moderne, et qui eut une influence sur certains artistes. Il a aussi inspiré L. Ron Hubbard, le fondateur de la secte Eglise de Scientologie.

La grande figure du satanisme, c'est Anton Szandor LaVey, le fondateur de la secte Church of Satan (Eglise de Satan) en 1966 et auteur en 1969 de The satanic bible. L. Ron Hubbard était un ami de LaVey. LaVey vivait à San Francisco, et c'est là-bas que sa secte est aujourd'hui basée.

Et la musique alors?
Et bien c'est par la musique, surtout, que le satanisme progresse le plus. La musique permet de toucher les gens d'abord, et éventuellement de les faire adhérer à la philosophie.

Tout commence avec le Blues. Le Blues, c'est la racine du Rock'n'roll. Ce qu'on sait moins, c'est que le Blues baigne déjà dans cette athmosphère, avec un Robert Johnson qui prétend avoir vendu son âme au diable pour savoir bien jouer. Ça fait déjà une culture, un terreau fertile.

Le Blues, c'est aussi l'origine du hard-rock. Si on écoute Paranoid de Black Sabbath, on entend souvent du blues, mais joué avec un son saturé.

Je ne connais pas bien le rock, je ne peux pas trop en parler. Mon truc, c'était le métal.

L'influence de Crowley dans la musique est devenue visible à la fin des années soixante, et pendant les années soixante-dix. On peut citer les Beatles, qui ont mis Crowley en photo sur la pochette du Sgt. Pepper’s Lonely Hearts Club Band, Led Zeppelin, avec Jimmy Page, leur (fabuleux) guitariste, qui rachète le château de Crowley, ou encore au début des années 80 avec Ozzy Osbourne, qui chante "Mr Crowley".

LaVey a influencé, je crois, les Eagles, et leur Hotel California.

Mais c'est dans au début des années 80 que les choses sont devenues visibles à tous, avec Iron Maiden qui a fait l'album "The Number of the Beast" (le chiffre de la Bête), sur la pochette duquel on voit Satan être la marionnette de leur mascotte, Eddie. Je ne crois pas qu'ils étaient satanistes, c'était simplement provocateur. Iron Maiden fait dans le heavy metal.

Peu après, on voit l'apparition du thrash metal, dont on retiendra surtout Metallica, Anthrax, Megadeth et Slayer. De ces quatres groupes, seul Slayer a utilisé l'imagerie sataniste (et nazie). Ils n'y croyaient pas, là encore, c'est juste que c'était cool. Dave Mustaine, le guitariste-chanteur de Megadeth, est depuis devenu chrétien.

J'ai lu dernièrement une interview du bassiste-chanteur de Slayer, Tom Arraya, qui se disait catholique (!). Ils ont eu cependant une influence néfaste, car beaucoup d'esprits faibles les ont pris au sérieux. Ils ont utilisé croix renversées, diables et pentagrammes (étoile à cinq branches).

Toujours au début des années 80, le black metal est créé, avec des groupes ouvertement satanistes, comme Venom et Celtic Frost. Là encore, pentagrammes et croix renversées étaient de la partie.

Et puis le black metal est tombé en désuétude, et fut remplacé par le death metal. Ce nom est tiré du groupe qui a institué le genre, Death. Death avait une croix renversée dans son logo, mais je ne sais pas si, Chuck Schuldiner, le chanteur-fondateur était sataniste. Le malheureux est mort d'un cancer il y a quelques années, et il serait devenu chrétien avant de mourir.

La particularité du death metal, c'est qu'il n'est pas chanté, mais éructé, crié à la façon de films d'horreur. On peut distinguer les vrais vocalistes, comme Schuldiner, ou John Tardy d'Obituary, usant de leur vraie voix, des tricheurs qui utilisent des effets spéciaux (Glen Benton?).

L'imagerie sataniste était presque toujours présente dans le death metal, avec souvent croix renversées et pentagrammes dans les logos, mais il était toujours difficile de savoir si un groupe était vraiment sataniste ou utilisait simplement le folklore.

On peut citer cependant Morbid Angel, ou encore Deicide, dont le bassiste-chanteur, Glen Benton, s'est fait marquer une croix renversée au fer rouge sur le front.

Le black metal est réapparu au début des années 90, mais c'est à ce moment là que j'ai décroché, me concentrant sur Led Zeppelin.

Ceci dit, le métal ne concernait qu'un public restreint, avec un faible support commercial, et les satanistes vrais de vrais étaient peu nombreux.

Le phénomène Marylin Manson
Mais voilà, Marylin Manson est apparu dans la première moitié des années 90.

Il est intelligent, et c'est un artiste, un vrai. Il a du fric derrière lui: par exemple, il y avait des affiches de promotion pour son album "Antichrist superstar" sur les murs de la ville où j'étudiais, alors que je n'ai jamais vu cela pour un seul groupe de métal. Il a droit aux honneurs de MTV. Même Le Point fait des chroniques enthousiastes de ses oeuvres musicales et de ses aquarelles!

Nous avons là une forme de satanisme qui dépasse le cadre de quelques métalleux paumés, et qui tranquillement peut faire son chemin dans la société, de l'intelligentsia jusqu'au collégien en crise d'adolescence.

Comment s'en dépatouiller?
Je ne peux que parler par rapport à mon expérience, mais je pense que ce qui amène des jeunes au métal et éventuellement au satanisme, c'est un refus de la mièvrerie du monde. Oui, la plupart des chansons qu'on peut entendre ont des paroles mièvres, avec une musique baclée.

Quand à la religion... Pour reprendre un mot de Malek Chebel, c'est parce que l'islam est une religion virile que certains quittent le christianisme et se convertissent. Et je pense que c'est pour la même raison que des jeunes passent au satanisme.

AMHA la réception du Concile en France s'est mal faite, elle a souvent été faite dans un esprit de rupture avec le passé et de querelle.

Le résultat est qu'on rencontre désormais trop souvent un christianisme à l'eau de rose ("Sois bon parce que Jésus t'aime et qu'il est ton copain", c'est vrai que ça donne envie, hein?), trop intellectuel pour le quidam et pas assez spirituel, avec des chrétiens culpabilisés sur ce qui a été fait il y a 500 ans par exemple.

Je pense donc qu'il faut que nous redevenions des catholiques fiers de notre Eglise, de son histoire (en allant plus loin que les stéréotypes, i.e. voir si l'Inquisition, par exemple, était si terrible qu'on nous le rabâche à longueur de média), et mettre en avant notre rebellion contre le Prince de ce monde, parce que c'est Jésus que nous suivons.

Et il faut prier pour les jeunes qui se laissent séduire par cette musique et philosophie, c'est très puissant, croyez-moi.

Je me demande s'il ne faudrait pas hésiter pas à ridiculiser les artistes. Par exemple, de nombreux métalleux aiment le cuir et les clous, parce que ça fait viril. Et cela fait partie de la panoplie de nombreux groupes. Savez-vous d'où cela vient? Et bien, c'est Rob Halford, le chanteur de Judas Priest, qui a trouvé l'idée dans... les boîtes gay de Soho. Et hop, ça coupe tout de suite l'effet viril, pas vrai?

Marylin Manson est en train de devenir un gros cochon bien gras, avec un double-menton difficile à cacher. L'heure pour lui de passer à la méthode Atkins?

En conclusion, je voudrais simplement dire qu'il ne faut pas avoir peur de tout cela. Jésus-Christ est vainqueur. Pâques est proche.

mercredi, avril 12, 2006

Coucou, me revoilou !

Ça y est, le déménagement est fini, et je suis déjà en ligne.

Il ne reste plus que quelques cartons à vider.

vendredi, avril 07, 2006

Stand-by

Demain je déménage, alors mon blog ne sera pas mis à jour au moins jusqu'à la fin de la semaine prochaine, le temps que j'ai mon nouvel accès Internet.

A la revoyure!

jeudi, avril 06, 2006

Pratique intérieure 2: avec Marie

La deuxième des pratiques intérieures consiste à faire toutes ses actions avec Marie, c'est à dire la prendre comme le modèle accompli de tout ce qu'on doit faire (SM 45), pour l'imiter selon notre petite portée, et faire toute action comme elle l'a fait ou la ferait à notre place (VD 260).

St Louis-Marie recommende pour cela de méditer ses vertus.

Ma petite expérience en la matière, c'est que c'est une très grande grâce de se poser la question de savoir ce que ferait Marie, cela ne vient pas spontanément: on y pense une fois et hop! on oublie de continuer de le faire pendant plusieurs heures ou jours.

C'est très bien de se poser la question de savoir ce que ferait Marie; c'est une grâce plus grande de connaître la réponse.

Mais la plus grande grâce, c'est de faire ce que ferait Marie, une fois la réponse connue. Notre attachement au péché et à nous même est tellement grand...

lundi, avril 03, 2006

Pratique intérieure 1: par Marie

Dans le Traité, St Louis-Marie nous recommande de faire toutes choses par Marie (VD 258 et 259).

Il veut dire par là qu'il faut en toutes choses être conduit par Marie, ou plutôt par son esprit, qui est le Saint-Esprit de Dieu.

Nous avons là une différence notable avec ce qu'il écrit dans le Secret de Marie:

3° Il faut n'aller jamais à Notre Seigneur que par son intercession [Marie] et son crédit auprès de lui, ne se trouvant jamais seul pour le prier... (SM 48)

J'avoue avoir été confus sur la question pendant assez longtemps, bien que pratiquant ce qu'il écrit en VD 259. D'autant plus que cette pratique de se laisser guider par l'esprit de Marie se retrouve dans le Secret, dans le paragraphe consacré à agir avec Marie.

Sachant que le Secret et antérieur au Traité, je suppose que St Louis-Marie avait son expérience spirituelle, mais qu'il n'avait pas encore achevé la systématisation de la pratique intérieure lors del'écriture du Secret. Si un lecteur pouvait m'éclairer, je lui en serais grandement reconnaissant.

Concrètement, cela consiste en quoi, dans le Traité ?

Et bien, il faut renoncer à ses capacités intellectuelles, à sa volonté propre, avant de faire quelque chose de spirituel (prière, messe...) et de s'en remettre à Marie avec cette petite prière: "Je renonce à moi, je me donne à vous, ma chère Mère", afin de se laisser guider par elle et de se soumettre à sa volonté. Il faut redire cette prière pendant et après son action (VD 259).

On peut donc par exemple la dire avant chaque dizaine de chapelet, voire avant chaque Je vous salue Marie. C'est selon la volonté et l'inspiration de chacun.