lundi, octobre 22, 2007

La blague de la laïcité: ça devient grave

L'année dernière j'avais écrit un billet sur la contradiction apparente de notre République à défendre la laïcité quand il s'agit du christianisme alors qu'une loi pour le financement publique d'édifices religieux était en préparation.

Un an plus tard les choses s'aggravent. En effet, de nombreuses églises, propriété de l'Etat en vertu de la loi de 1905, sont détruites ou en passe de l'être au prétexte que les communes ne peuvent plus assurer leur entretien. Et oui, nous en sommes là en 2007, chez la Fille aînée de l'Eglise... C'est honteux, cela rend la vie religieuse plus difficile pour les chrétiens. C'est dommage pour l'évangélisation, car avoir une église dans son village, même avec un usage limité, cela peut interpeller les gens et aider à l'évangélisation. C'est enfin triste pour le patrimoine car c'est une partie de notre histoire qui disparaît. Mais malheureusement, c'est quand même un peu dans l'esprit du principe de laïcité tatillone qui règne chez nous.

Et ce mois d'octobre 2007, le 16 très exactement, anniversaire de l'élection pontificale de Jean-Paul II, le gouvernement installe la Fondation des oeuvres de l'Islam de France (source), organisme reconnu d'utilité publique, et doté de 1 million d'euros de dons, collectés en France et à l'étranger, pour assurer la construction et la restauration de mosquées, ainsi que la formation des imams. D'après l'article il est courant que la construction d'une mosquée ne peux aboutir à cause du financement. L'aide de la Fondation remédierait à ce problème. Mme le ministre de l'Intérieur veut en plus avoir un schéma directeur de l'implantation des mosquées, en fonction de critères démographiques.

On peut donc constater que l'Etat néglige les chrétiens d'un côté en abandonnant les églises à la ruine, et de l'autre est aux petits soins avec les musulmans en facilitant la construction de mosquées. Une telle injustice est proprement scandaleuse (note pour les lecteurs épidermiques: en soit je n'ai rien contre la construction de mosquées, du moment que tous les cultes soient soumis au même traitement).

En théorie il s'agit de contrôler le financement des mosquées pour être sûr qu'elles soient libérées du risque de tutelle wahabite que fait courir le système actuel. C'est une théorie très naïve car ce n'est pas parce qu'une ville a une mosquée flambant neuve que les celles des caves, spécialement celles aux mains d'extrémistes, vont fermer. Ne s'agirait-il pas en fait de la volonté de l'Etat et des élus de s'acheter ainsi l'électorat musulman? Ou alors, est-ce parce que le Vatican n'a aucune chance d'acheter des tanks, des avions et des fusils?

Dans mon billet de l'année dernière je demandais si laïcité n'était finalement qu'une farce anti-catholique. Les faits rapportés ici et le silence des laïcards sur les dernières évolutions tendent à le montrer.

Il est l'heure que les catholiques se réveillent, tous, clercs et laïcs, et fassent entendre leur voix.

Aucun commentaire: