mardi, février 26, 2008

Les chrétiens pourchassés en Algérie

Le Figaro nous rappelle la situation difficile des chrétiens en Algérie depuis l'adoption en 2006 d'une loi contre le "prosélytisme", avec en plus de la comdamnation du Père Wallez, de nombreuses tracasseries dans le délivrement de visas ou même la radiation de l'Education Nationale d'un directeur et d'instituteur de confession chrétienne.

Si pendant l'occupation, Vichy vivait dans le délire du complot judéo-maçonnique, l'Algérie de Bouteflika entretient elle le délire du complot américano-évangéliste:
Pour les autorités, ce «bouclier spirituel» vise à protéger la société contre «les menées subversives d'évangélistes américains, prélude à une intervention militaire». Des Rambo du goupillon dont la présence est montée en épingle par la presse national-islamiste, mais que personne n'a jamais rencontrés. En deux mois, une trentaine d'«enquêtes» et autres dossiers ont été consacrés aux «agressions contre l'islam dans sa propre maison». Ce «prosélytisme», dit-on, aurait déjà converti des dizaines de milliers de jeunes désœuvrés, qui auraient «vendu leur âme à Jésus» pour 5 000 euros ou un visa pour l'étranger ! Même si le nombre total de chrétiens reste symbolique et limité à quelques milliers de fidèles.

Ce serait la Kabylie qui serait ouverte à l'évangélisation. Pour lutter contre cela
Depuis quelques mois, des imams salafistes sont injectés dans la région par le ministère des Affaires religieuses ; leur mission : lutter contre la «menace chrétienne», les «traditions païennes» du cru, et secouer l'islam ancestral des montagnards jugé trop tiède.

Les évêques d'Algérie ont été reçus hier par le ministre des Affaire religieuses, qui leur a affirmé que
que l'État n'avait pas la volonté de gêner l'Église catholique.

Nos frères d'Algérie ont besoin de nos prières.

Combat pro-vie: le bel exemple de la Croatie

Un lecteur me signale un article très intéressant sur Catholiques en campagne à propos de la progression des idées pro-vie en Croatie.

On y apprend entre autre que
Dans ce pays où la loi autorisant l'avortement n'a pas changée, entre 1989 et 2005 le nombre d'avortement a spectaculairement chuté de 88,5% passant de 40 000 à 4 600. Un résultat imputé pour une part à l'engagement des catholiques à travers des associations de défense de la famille promouvant l'Evangile de la Vie au moyen d'un énorme travail de communication : des millions de livres, dépliants et brochures, sans oublier chapelets et même films, ont été distribués par les organisations pro-vie comme le Centre Croate pour la Famille

On y apprend entre autre que la ville de Split connaît un taux de SIDA très faible malgré une faible utilisation du préservatif. Cela ne me semble pas être un coup de chance: il suffit de suivre les enseignements de l'Eglise.

mercredi, février 20, 2008

Algérie : Un prêtre catholique condamné pour avoir prié

D'après une dépêche Zenit.org du 11 février dernier (via Catholique.org):
En Algérie, un prêtre catholique a été condamné par le tribunal d’Oran à un an de prison avec sursis pour avoir « célébré un rite dans un lieu non reconnu par le gouvernement », explique le quotidien catholique italien « Avvenire ». Radio Vatican reprend elle aussi la nouvelle.

Le P. Pierre Wallez, français, est sanctionné en vertu de la nouvelle loi sur « l’exercice des pratiques du culte non-musulman ».

Certes, en Algérie, l’islam est religion d’Etat mais la liberté de culte est garantie par la constitution.

Or, depuis mars 2006 l’Eglise catholique d’Algérie était dans l’expectative, après l’adoption par le Parlement algérien d’une loi punissant le « prosélytisme » par la prison ferme et une amende pouvant aller de 500.000 à un million de dinars (5.000 à 10.000 euro). La loi comprend la production d’images, la diffusion de publications, ou cassettes audio ou vidéo.

Et Mgr Henri Teissier, Archevêque d'Alger, d'ajouter que
la chose qui surprend le plus est que la condamnation a été émise parce que le prêtre avait rendu visite à un groupe de chrétiens du Cameroun : il n’avait pas célébré de messe, il avait seulement prié avec eux, le 29 décembre 2007, juste après Noël.

Prier avec ses frères en religion, ce n'est pas faire du prosélytisme me semble-t-il.

Nos frères chrétiens d'Algérie ont besoin de nos prières, car une telle attitude de la part des autorités algériennes ne laisse rien présager de bon pour l'avenir.

lundi, février 18, 2008

1er mars 2008: Benoît XVI donne rendez-vous aux Français en Avignon


Le 1er mars prochain aura lieu la 6ème Journée Européenne des Universités et Grandes Ecoles. Le thème de cette année est "Europe et Amériques, ensemble, pour construire la civilisation de l'Amour". Cette journée est organisée par le Bureau de la Pastorale Universitaire du Vicariat de Rome, et promue par le Conseil des Conférences Episcopales d'Europe (CCEE).

A cette occasion, un Forum des Etudiants à lieu dans chaque pays. Une veillée mariale, présidée par le Saint-Père sera retransmise en mondovision, à l'issue de laquelle le Pape s'adressera en plusieurs langues aux Etudiants et Universitaires. Les villes concernées sont Avignon, Bucarest, Edimbourg, Naples, Tolède, Aparecida, Mexico, La Havane, Washington, Loja et Minsk.

C'est Avignon qui a l'honneur de représenter la France. La rencontre aura lieu au Palais des Papes.

La journée commence à 08:45. Les intervenants sont le professeur Pierre Benoît, le docteur Henri Blehaut, Pierre-Olivier Arduin, le professeur Marie-Jeanne Coutagne et Steven Gunnel. La veillée mariale avec le Pape aura lieu à 17:00 et une messe présidée par Mgr Cattenoz, Archevêque d'Avignon, clôturera cette journée.

Pour en savoir plus: http://forumpape-univavignon.spaces.live.com/.
La fiche d'incription est téléchargeable ici.

jeudi, février 14, 2008

Le mythe de l'Inquisition...

On trouve parfois de bonnes choses sur Wikipedia:
L'Inquisition espagnole fut établie au XVe siècle en Espagne. La Pays Bas étant alors possession du roi d'Espagne. En 1522, Charles Ier d'Espagne étend le champ d'action de l'Inquisition à la Hollande. Ce fut le principal point de contact entre l'Inquisition et la réforme, qui prend son ampleur au XVIe siècle. Cette Inquisition hollandaise fit son travail : elle réprima ce qu'elle considérait comme une hérésie, mais dans un fonctionnement particulièrement dur, de l'aveu même du roi Philippe II.

Les victimes de cette répression religieuse furent considérées comme des martyrs de la réforme, et la répression elle-même alimenta certainement le rejet par les Hollandais du régime espagnol, obtenu après près d'un siècle de troubles (guerre dite de Quatre-Vingts Ans, 1566-1648). L'indépendance de la Hollande se construisit ainsi sur un fond de lutte pour la liberté religieuse, contre l'Espagne catholique et son Inquisition. À la fin du XVIe siècle, le thème de l'Inquisition passe ainsi dans la culture des Églises réformées, porté par un culte des héros à la fois nationaliste et religieux.

L'Angleterre du XVIIe siècle est à la fois protestante, en contact culturel et économique étroit avec la Hollande, et en lutte d'influence contre l'Espagne catholique. Dans ce contexte, le thème de l'Inquisition trouve un nouveau relais dans les milieux protestants et nationalistes anglais. D'historique, l'image devient alors mythique et polémiste. (On peut trouver un exemple précoce de cette relecture dans l'histoire et l'œuvre de Antonio del Corro.) La référence n'est plus alors celle de l'Inquisition hollandaise, mais une relecture de l'activité qu'avait eu l'Inquisition en Espagne au moment de sa mise en place. L'Inquisition devient un symbole repoussoir de la brutalité et des violences du catholicisme et de ses tortures, sous la responsabilité de l'Espagne et de la Papauté. Ce symbole valorise par contraste la liberté et la libération apportées par le protestantisme, et justifie moralement la lutte contre le catholicisme aussi bien externe (guerre contre l'Espagne) qu'interne (persécutions religieuses en Irlande).

Le XVIIIe siècle est celui des Lumières, dont la philosophie se définit comme se démarquant de l'obscurantisme passé : la religion naturelle s'oppose au dogme traditionnel. L'idée de chercher la vérité à travers le libre exercice de la raison éclairée par le débat, portée par la noble ambition de former des hommes « libres et de bonnes mœurs », devient le programme de la franc-maçonnerie. Ce programme passe des loges anglaises, largement en symbiose avec l'Église d'Angleterre, et essaime en France, dans une élite intellectuelle qui commence à être déchristianisée. Ce qui se dit dans les loges est un secret difficilement accessible, mais il paraît naturel que le mythe de l'Inquisition ait été importé à cette occasion, et ait servi à illustrer les débats sur l'obscurantisme et la liberté. De fait, l'Inquisition devient à partir du XVIIIe siècle un thème récurrent du discours anticlérical. Voltaire la prend pour cible constante. Diderot la prend pour cible (entre autres…) dans son Encyclopédie. Le thème de cette nouvelle image n'est plus la violence, mais la raison. L'Inquisition devient le symbole de l'obscurantisme, l'instrument par lequel l'Église impose un dogme par la violence.

Au XIXe siècle, le thème des lumières continue à vivre dans le discours anticlérical, et est de plus relayé par la vision que le romantisme a donné du Moyen Âge, dont l'image est reconstruite à cette époque (voir par exemple dans un autre registre le cas de Viollet le Duc). Le thème est porteur. Ainsi, Michelet publie en 1841 le Procès des Templiers, en 1862 La Sorcière ; Victor Hugo publie en 1882 un drame en quatre actes intitulé « Torquemada », fait pleurer les foules sur le sort d'Esméralda dans Notre Dame de Paris. Pour le contraste de l'image, la victime est « forcément » pure et innocente. Ce genre de thème littéraire (parfois fantaisiste, voir Histoire de l'Inquisition en France) entretient et développe l'image mythique d'une Inquisition atemporelle, barbare et oppressive, œuvre d'ecclésiastiques rigides et pervers.

Au XXe siècle, l'Inquisition passe dans le vocabulaire courant, devenant un mot commun pour désigner un certain genre de persécution, hystérique, souvent collective et toujours spectaculaire. Le genre littéraire toujours actif se prolonge dans la bande dessinée, les jeux vidéo, où il s'affranchit de toute prétention à une quelconque vérité historique. L'Inquisition cesse d'être présente dans le discours politique quotidien. En revanche, l'histoire de l'Inquisition reste un enjeu social : en tant que participant au « mythe fondateur », elle contribue à l'auto-justification actuelle des mouvements qui furent anticléricaux aux XIXe et XXe siècles. Ce genre historique fusionne les thèmes des discours anticléricaux et romantiques du siècle précédent. Il y ajoute quelques touches plus modernes (une Inquisition au service d'une société totalitaire, une répression parfois antisémite) héritées des grands débats du XXe siècle.

Le laïcisme comme une conséquence des opérations de propagande de la Couronne d'Angleterre du XVIIIème siècle?

dimanche, février 10, 2008

Lourdes: 150ème anniversaire des apparitions

Demain (dans quelques minutes à l'heure où j'écris) cela fera 150 ans que Notre-Dame est apparu à Ste Bernadette à Lourdes.

Il y a déjà 70 000 pèlerins sur place. La journée de demain s'annonce pleine de grâces :-)