lundi, février 27, 2006

Effervescence dans la "blogosphère"

La Schola Saint Maur a un article de présentation des blogs (merci d'y mentionner Dieu seul! :-)).
'Le Web Log, ou concept du "journal intime" sur internet bouscule le prêt à penser, remet en cause le "catho-bobo", contredit le "pratiquant non croyant".'

Je suis d'accord. J'ajoute que l'intérêt principal AMHA est d'atteindre les non-partiquants et les non-croyants en leur montrant de l'intérieur la vie des catholiques. C'est aussi une façon de combattre les préjugés.
'On est vraiment loin de certains quotidiens ou du "prêt à penser" d'une certaine "langue de buis"...'

Les blogs seraient-ils un moyen de tordre le cou à cette préciosité qu'on appelle le "politiquement correct" ?

dimanche, février 26, 2006

Mastocytose

Ma petite dernière, qui vient de fêter sa première année, a une maladie rare, pas franchement handicappante pour le moment, mais qui n'est pas très grâcieuse et peut dans certains cas devenir pénible à l'âge adulte.

Il s'agit de la mastocytose, une maladie d'origine génétique dans laquelle les mastocytes sont groupées au lieu d'être équitablement réparties dans les tissus. Ça fait donc des boutons sur tout le corps, qui peuvent gonfler lors de réactions allergiques.

C'est une maladie rare, il n'y a donc pas beaucoup de documentation à ce sujet.

J'écris ce billet pour permettre à des lecteurs et lectrices confrontés à cette maladie de partager leur expérience, nous avons besoin d'apprendre si cela démange, combien ça peut-être handicappant etc.

Bon, c'est une maladie rare, il n'y aura peut-être pas beaucoup de réponses :-)

vendredi, février 24, 2006

Rapport 2005 sur les persécutions antichrétiennes

Pour la première fois en France, un livre fait le tour d’horizon des persécutions antichrétiennes dans le monde, y compris en Europe et en Amérique où ces actes progressent significativement. Cet ouvrage donne les actes de persécution sanglante et sournoise, qu’ils soient commis par les fanatismes religieux, politique et philosophique, ou qu’ils soient commis par vandalisme. Il parle aussi des avancées en matière de liberté religieuse.


A lire et commander ici sur le site de l'Aide à l'Eglise en détresse.

Le Salon Beige en parle aussi.

Je me permet de relayer l'information car les médias sont en général silencieux sur ces persécutions. Pourquoi ? Mystère...

En attendant, il faut briser la glace...

MAJ 18:45: Valeurs actuelles a une présentation plus complète du rapport. Je ne connais pas vraiment ce site, j'espère que ce lien ne va pas être désactivé après quelques jours...

mercredi, février 22, 2006

Compléments sur la consécration

Après ce temps de préparation, le jour prévu pour la consécration, il faut se confesser et aller à la messe pour communier avec l'intention de se donner à Jésus, en tant qu'esclave d'amour, par les mains de Marie, lire la formule de consécration, après l'avoir recopiée ou imprimée sur papier, et la signer (VD 231).

St Louis-Marie invite aussi le dévot à payer un tribut à Jésus et à Marie pour faire pénitence des fautes passées, ou pour marquer son appartenance à jésus et Marie. Ce tribut peut-être par exemple, une aumône, un jeûne, une mortification... Cela doit être évidemment fait avec amour (VD 232).

Cette consécration doit être renouvellée tous les ans, au même jour, après les trois semaines de préparation (voir ici, et ).

J'ai fait ma consécration le 15 août 1995 dans la chapelle St Claude la Colombière, lors d'un pèlerinage à Paray-le-Monial. Ce fut une grande joie pour moi, mêlée à une grande excitation, car c'était l'achèvement de plusieurs mois de réflexion, alors que tout avait commencé par un grand scepticisme (voire opposition) quand j'avais découvert les oeuvres de St Louis-Marie.

Après avoir fait cette consécration, j'étais joyeux, mais en même temps j'avais comme un sentiment de vide et de peur devant l'engagement que je venais de prendre. Ce sentiment a disparu rapidement, pour faire place à une joie profonde, la joie de Marie, qui m'est resté longtemps.

10 ans après, je ne regrette pas cet engagement: cette dévotion me nourrit spirituellement, me soutient et me comble de joie et de grâce. Je recommande vraiment à tous de faire la même démarche. Bien sûr, c'est le Seigneur qui nous appelle dans la spiritualité qui est la meilleure pour chacun de nous, car nous avons tous des personnalités différentes.

PS: J'habite désormais à un bon millier de kilomètres de Paray-le-Monial. L'autel de mon église n'avait pas de relique, jusqu'à il y a deux ans. Savez-vous de quels saints sont les reliques que nous avons maintenant ? St Claude la Colombière et Ste Marguerite-Marie Alacoque, la sainte qui reçu la révélation du Sacré-Coeur, et dont St Claude était le directeur de conscience.

La consécration à Marie

CONSÉCRATION DE SOI-MÊME
À JÉSUS-CHRIST LA SAGESSE INCARNÉE
PAR LES MAINS DE MARIE

Ô Sagesse éternelle et incarnée! Ô très aimable et adorable Jésus, vrai Dieu et vrai homme, Fils unique du Père Éternel et de Marie, toujours Vierge!
Je vous adore profondément dans le sein et les splendeurs de votre Père, pendant l'éternité, et dans le sein virginal de Marie, votre digne Mère, dans le temps de votre incarnation.
Je vous rends grâce de ce que vous vous êtes anéanti vous-même, en prenant la forme d'un esclave, pour me tirer du cruel esclavage du démon.
Je vous loue et glorifie de ce que vous avez bien voulu vous soumettre à Marie votre sainte Mère, en toutes choses, afin de me rendre, par Elle, votre fidèle esclave.
Mais hélas! Ingrat et infidèle que je suis, je ne vous ai pas gardé les vœux et les promesses que je vous ai solennellement faits dans mon Baptême: je n'ai point rempli mes obligations; je ne mérite pas d'être appelé votre enfant ni votre esclave; et, comme il n'y a rien en moi qui ne mérite vos rebuts et votre colère, je n'ose plus par moi-même approcher de votre sainte et auguste Majesté.
C'est pourquoi j'ai recours à l'intercession et à la miséricorde de votre sainte Mère, que vous m'avez donnée pour Médiatrice auprès de vous; et c'est par son moyen que j'espère obtenir de vous la contrition et le pardon de mes péchés, l'acquisition et la conservation de la Sagesse.

Je vous salue donc, ô Marie immaculée, tabernacle vivant de la Divinité, où la Sagesse éternelle cachée veut être adorée des anges et des hommes.
Je vous salue, ô Reine du ciel et de la terre, à l'empire de qui tout est soumis, tout ce qui est au-dessous de Dieu.
Je vous salue, ô refuge assuré des pécheurs, dont la miséricorde n'a manqué à personne; exaucez les désirs que j'ai de la divine Sagesse, et recevez pour cela les vœux et les offres que ma bassesse vous présente.

Moi, N…, pécheur infidèle, je renouvelle et ratifie aujourd'hui, entre vos mains, les vœux de mon Baptême : Je renonce pour jamais à Satan, à ses pompes et à ses œuvres, et je me donne tout entier à Jésus-Christ, la Sagesse incarnée, pour porter ma croix à sa suite tous les jours de ma vie, et afin que je lui sois plus fidèle que je n'ai été jusqu'ici.

Je vous choisis aujourd'hui, en présence de toute la cour céleste, pour ma Mère et Maîtresse. Je vous livre et consacre, en qualité d'esclave, mon corps et mon âme, mes biens intérieurs et extérieurs, et la valeur même de mes bonnes actions passées, présentes et futures, vous laissant un entier et plein droit de disposer de moi et de tout ce qui m'appartient, sans exception, selon votre bon plaisir, à la plus grande gloire de Dieu, dans le temps et l'éternité.

Recevez, ô Vierge bénigne, cette petite offrande de mon esclavage, en l'honneur et union de la soumission que la Sagesse éternelle a bien voulu avoir de votre maternité; en hommage de la puissance que vous avez tous deux sur ce petit vermisseau et ce misérable pécheur, et en action de grâces des privilèges dont la sainte Trinité vous a favorisée.
Je proteste que je veux désormais, comme votre véritable esclave, chercher votre honneur et vous obéir en toutes choses.

Ô Mère admirable! Présentez-moi à votre cher Fils, en qualité d'esclave éternel, afin que, m'ayant racheté par vous, il me reçoive par vous.
Ô Mère de miséricorde! Faites-moi la grâce d'obtenir la vraie Sagesse de Dieu et de me mettre pour cela au nombre de ceux que vous aimez, que vous enseignez, que vous nourrissez et protégez comme vos enfants et vos esclaves.
Ô Vierge fidèle! Rendez-moi en toutes choses un si parfait disciple, imitateur et esclave de la Sagesse incarnée, Jésus-Christ votre Fils, que j'arrive, par votre intercession, à votre exemple, à la plénitude de son âge sur la terre et de sa gloire dans les cieux.

Ainsi soit-il !

Saint Louis-Marie Grignion de Monfort

(source)
Note: la partie en gras est couremment connue comme étant "la consécration à Marie selon St Louis-Marie". On peut la prier chaque jour si on veux s'abandonner à Jésus en Marie quotidiennement et se souvenir de sa consécration.

mardi, février 21, 2006

Mais où va-t-on?

Un article lamentable de l'AFP: Grippe aviaire: les coqs des supporteurs français indésirables à Cardiff.

Quelle excuse bidon! Encore un coup de la perfide Albion! Mais nous gagnerons le Tournoi quand même, même si c'est loupé pour le grand Chelem :-(

lundi, février 20, 2006

Deux nouveaux blogs

Ivan Barsof, l'auteur de l'excellent Soleil d'Hiver, me signal qu'il a écrit un nouveau blog: Théotokos. Il contient des textes évangéliques (et autres) des mystères du Rosaire. Un bon complément pour Je prie le Rosaire.

Voclin m'annonce un nouveau blog: la Cité de Dieu. C'est à lire souvent car ce blog est plein d'articles intéressants.

Simon de Cyrène crucifié ?

Tout chrétien croit que Jésus a été crucifié, est mort pour nous sauver, et enfin est ressucité. C'est la base de notre foi.

Cependant, il se trouve des théories comme quoi ce serait Simon de Cyrène (à ne pas confondre avec Simon-Pierre, l'apôtre) qui a été crucifié, à la place de Jésus. Etrange, n'est-ce pas? Il m'est arrivé plusieurs fois de trouver cette histoire mentionnée dans les livres d'ésotérismes, à l'époque où j'en lisais.

Ces théories permettent d'expliquer pourquoi Jésus n'est pas descendu de la croix alors qu'il en avait le pouvoir, et d'expliquer la Résurrection au mieux par un malentendu, au pire par la supercherie.

D'où cela vient-il? D'un apocryphe? D'une révélation privée? D'un mensonge?

Ne sachant par où commencer, je suis aller chercher dans la Bible où l'on parle de Simon de Cyrène.

Juste pour faire de vous une lumière, un grand maître de l'ésotérisme, qui sait lire le sens caché de la Bible que l'Eglise à complètement ignoré ou pire, maintenu secret depuis 2000 ans pour asseoir son pouvoir sur les masses ignorantes, je vais citer les évangiles du dernier au premier.

Jean ne parle pas de Simon de Cyrène.

Quand ils l'emmenèrent, ils mirent la main sur un certain Simon de Cyrène qui revenait des champs, et le chargèrent de la croix pour la porter derrière Jésus. Une grande masse du peuple le suivait, ainsi que des femmes qui se frappaient la poitrine et se lamentaient sur lui. Mais, se retournant vers elles, Jésus dit : "Filles de Jérusalem, ne pleurez pas sur moi ! pleurez plutôt sur vous-mêmes et sur vos enfants ! Car voici venir des jours où l'on dira : Heureuses les femmes stériles, les entrailles qui n'ont pas enfanté, et les seins qui n'ont pas nourri ! Alors on se mettra à dire aux montagnes : Tombez sur nous ! et aux collines : Couvrez-nous ! Car si l'on traite ainsi le bois vert, qu'adviendra-t-il du sec ?" On emmenait encore deux malfaiteurs pour être exécutés avec lui. Lorsqu'ils furent arrivés au lieu appelé Crâne, ils l'y crucifièrent ainsi que les malfaiteurs, l'un à droite et l'autre à gauche. Et Jésus disait : "Père, pardonne-leur : ils ne savent ce qu'ils font." Puis, se partageant ses vêtements, ils tirèrent au sort. (Lc 23, 26-34)

Chez Luc, donc, c'est évident que c'est Jésus qui est crucifié.

Et ils requièrent, pour porter sa croix, Simon de Cyrène, le père d'Alexandre et de Rufus, qui passait par là, revenant des champs. Et ils amènent Jésus au lieu dit Golgotha, ce qui se traduit lieu du Crâne. Et ils lui donnaient du vin parfumé de myrrhe, mais il n'en prit pas. Puis ils le crucifient et se partagent ses vêtements en tirant au sort ce qui reviendrait à chacun. (Mc 15, 21-24)

Pareil chez Marc, c'est bien Jésus qui est crucifié.

Voyons Matthieu, maintenant (roulements de tambour, s'il vous plaît):

En sortant, ils trouvèrent un homme de Cyrène, nommé Simon, et le requirent pour porter sa croix. Arrivés à un lieu dit Golgotha, c'est-à-dire lieu dit du Crâne, ils lui donnèrent à boire du vin mêlé de fiel ; il en goûta et n'en voulut point boire. Quand ils l'eurent crucifié, ils se partagèrent ses vêtements en tirant au sort. (Mt 27, 32-35)

Et voilà! Vous avez vu? C'est bien Simon de Cyrène qui a été crucifié! Vous et moi sommes devenus des initiés, qui connaissent le sens caché de la Bible. Nous pouvons maintenant illuminer les masses!

Trève de plaisanterie.

Comme c'est chez Matthieu qu'une lecture troublante apparaît, il nous faut relire cet évangile, mais de façon un peu plus large. Pour mieux comprendre, je propose que l'on délimite notre champ de recherche aux deux occurences du Nom les plus proches des versets précédemment cités:

Alors les soldats du gouverneur prirent avec eux Jésus dans le Prétoire et ameutèrent sur lui toute la cohorte. L'ayant dévêtu, ils lui mirent une chlamyde écarlate, puis, ayant tressé une couronne avec des épines, ils la placèrent sur sa tête, avec un roseau dans sa main droite. Et, s'agenouillant devant lui, ils se moquèrent de lui en disant : "Salut, roi des Juifs !" et, crachant sur lui, ils prenaient le roseau et en frappaient sa tête. Puis, quand ils se furent moqués de lui, ils lui ôtèrent la chlamyde, lui remirent ses vêtements et l'emmenèrent pour le crucifier.
En sortant, ils trouvèrent un homme de Cyrène, nommé Simon, et le requirent pour porter sa croix.
Arrivés à un lieu dit Golgotha, c'est-à-dire lieu dit du Crâne, ils lui donnèrent à boire du vin mêlé de fiel ; il en goûta et n'en voulut point boire. Quand ils l'eurent crucifié, ils se partagèrent ses vêtements en tirant au sort. Puis, s'étant assis, ils restaient là à le garder. Ils placèrent aussi au-dessus de sa tête le motif de sa condamnation ainsi libellé : "Celui-ci est Jésus, le roi des Juifs."
(Mt 27, 27-37)

J'ai mis en gras tout ce qui a trait à Jésus. On voit donc qu'avant le verset 32, qui mentionne Simon de Cyrène, Matthieu n'utilise que des pronoms personnel ou des adjectifs possessifs pour se référrer à Jésus. C'est sa façon d'écrire, il aurait pu écrire "Jésus" plus souvent, mais il ne l'a pas fait. Il continue donc dans son style aux versets 32 et suivants, et cela renvoie à Jésus.

Donc Matthieu nous indique bien que c'est Jésus qui est crucifié, et personne d'autre.

Supposons cependant, juste pour nous amuser, que la lecture de Matthieu où l'on croit comprendre que Simon a été crucifié en lieu et place de Jésus soit la bonne (thèse des ésotéristes). Voyons où cela nous mène.

Imaginons la scène. Jésus est rouge de sang, sa tunique est tâchée, à cause des plaies dûes à la flagellation. Il est méconnaissable à cause des coups reçus au visage. Il porte la couronne d'épine. Et il porte sa croix. Il y a autour de lui des soldats romains qui s'assurent qu'il monte au Golgotha, et il y a la foule qui crache sa haine pour certains, qui crie sa compassion pour d'autres.
Jésus est là, il est très souffrant et ne peut plus avancer. Les soldats réquisitionnent Simon pour porter la croix à la place de Jésus. Peut-être par pitié, mais plus probablement pour ne pas perdre trop de temps en chemin. Jésus est tout sanglant, Simon est sans doute fatigué, car il revenait des champs, mais il n'est pas sanguinolant avec une couronne d'épines sur la tête.
Donc à moins que les soldats aient été vraiment incompétents, je doute fort qu'ils aient laissé s'échapper dans la foule un condamné ensanglanté portant une couronne d'épines, et qu'ils crucifient quelqu'un de frais comme un gardon à la place. D'autant plus que les ennemis de Jésus devaient suivre le chemin vers le Golgotha, et ne se seraient pas priver d'alerter les soldats si leur opposant s'échappait.

Donc il n'est pas raisonnablement possible que Simon ait été crucifié à la place de Jésus. De plus, soutenir ceci ferait de Jésus un lâche qui laisse un autre être crucifié à sa place. C'est extrêmement blasphématoire, on ne peut se prétendre chrétien et soutenir une telle thèse.

Supposons que le raisonnement précédent ne tienne pas et que, les soldats ayant été incompétents, Simon a été crucifié à la place de Jésus.

Imaginons donc Simon crucifié, avec, à distance, des femmes qui suivaient Jésus depuis la Galilée, dont Marie-Madeleine (Mt 27, 55-56; Mc 15, 40-41;), et Jean et Marie, la mère de Jésus au pied de la croix (Jn 19, 25). Simon n'a pas eu le visage frappé par les soldats: il est reconnaissable. Il est difficile de croire que la mère de Jésus et ceux qui le connaissent depuis la Galilée aient été dupés par l'échange de personnes.

Là encore, cette thèse de la non-crucifixion de Jésus n'est pas satisfaisante. Si elle était vraie, elle ferait de Jésus un monstre trompeur, car il ferait croire à ses disciples et même à sa mère qu'il est mort crucifié, leur infligeant des souffrances inutiles. Il deviendrait un fils indigne. C'est insultant et absurde. Peut-on prétendre être disciple de Jésus en soutenant une telle thèse?

Jésus a annoncé à plusieurs reprises qu'il allait souffrir sa Passion et être tué:

A dater de ce jour, Jésus commença de montrer à ses disciples qu'il lui fallait s'en aller à Jérusalem, y souffrir beaucoup de la part des anciens, des grands prêtres et des scribes, être tué et, le troisième jour, ressusciter. (Mt 16, 21)

Comme ils se trouvaient réunis en Galilée, Jésus leur dit : "Le Fils de l'homme va être livré aux mains des hommes, et ils le tueront, et, le troisième jour, il ressuscitera." Et ils en furent tout consternés. (Mt 17, 22-23)

"Voici que nous montons à Jérusalem, et le Fils de l'homme sera livré aux grands prêtres et aux scribes ; ils le condamneront à mort et le livreront aux païens pour être bafoué, flagellé et mis en croix ; et le troisième jour, il ressuscitera." (Mt 20, 18-19)

Donc, si on soutient la thèse de la crucifixion de Simon de Cyrène, ou de tout autre personne d'ailleurs, on fait de Jésus un faux prophète.

Je vous remercie d'avoir eu la patience de lire ma prose jusqu'ici :-)

La conclusion de tout cela, c'est que la thèse de la crucifixion de Simon de Cyrène ne tient pas. Elle n'est pas un secret que l'Eglise a tenu caché pour asseoir son pouvoir etc.

dimanche, février 19, 2006

Cyber Opus Dei

Vendredi soir, il y avait l'adoration du St Sacrement à l'église.

Il y avait parmis les paroissiens une italienne. Elle est de l'Opus Dei. Je ne fais pas partie de l'OD, je suis une autre spiritualité, mais disons, je n'ai rien contre. C'est vraiment marrant tous les âneries qu'on peut lire sur eux. Et l'infâme Da Vinci Code n'a rien arrangé.

Bref. Elle était là, en train de lire des textes pour méditer, ou des prières, je ne sais pas. Mais c'était bizarre, car il y avait comme une lueur bleutée sur son livre. En regardant mieux (au lieu de prier...), j'ai vu qu'elle utilisait un ordinateur de poche! Ouh la la!

Bon, je suis informaticien, mais dès qu'il s'agit de prière, je préfère le papier :-)

Elle était tellement moderne que son téléphone mobile avec sonnerie techno s'est mis à sonner pendant l'adoration :-(

jeudi, février 16, 2006

Préparation à la Consécration 4

Comme pour la seconde semaine, il s'agit maintenant de chercher à connaître notre Seigneur Jésus-Christ(VD 230).

Il faut dire chaque jour les litanies du Saint-Esprit, l'Ave Maris Stella ainsi que les litanies de Jésus.

Il nous faut demander à Dieu cette connaissance, et méditer l'Evangile. On peut lire aussi l'Amour de la Sagesse Eternelle, toujours de St Louis-Marie.

Voici quelques pistes de méditation:

Jésus est celui que nous devons suivre car il est le chemin, la vérité et la vie (Jn 14, 6) et nul ne vient au Père que par lui (Jn 14, 6, toujours). Nous devons pour cela méditer et connaître sa vie, comme nous le montre Marie en Luc (Et sa mère gardait fidèlement toutes ces choses en son coeur, Lc 2, 51).

Toujours à propos de suivre Jésus: il est la Lumière du monde et si nous le suivons nous ne marcherons pas dans le ténèbres, mais aurons la lumière de la vie (cf Jn 8, 12).

Il est le Verbe divin, il est Dieu (Au commencement était le Verbe, et le Verbe était avec Dieu, et le Verbe était Dieu, Jn 1,1).
Il y a beaucoup à méditer sur ce verset.

Il a la Royauté sur la Création:
Aussi Dieu l'a-t-il exalté et lui a-t-il donné le Nom qui est au-dessus de tout nom,
pour que tout, au nom de Jésus, s'agenouille, au plus haut des cieux, sur la terre et dans les enfers,
et que toute langue proclame, de Jésus Christ, qu'il est Seigneur, à la gloire de Dieu le Père.
(Ph 2, 9-11)

Il est miséricordieux pour le pécheur repentant: Moi non plus, je ne te condamne pas. Va, désormais ne pèche plus (Jn 8, 11).

Il est le Christ, le Messie tant attendu par Israël.

Il a souffert sa Passion et sa mort par amour pour nous, pour nous sauver (Nul n'a plus grand amour que celui-ci : donner sa vie pour ses amis, Jn 15, 13).

On peut aussi méditer les mystères du Rosaire, lire le Cathéchisme de l'Eglise Catholique, des oeuvres de théologiens et de saints...

mercredi, février 15, 2006

Zen

J'ai toujours revé d'avoir un chien. Un chien est bon, doux, fidèle à son maître etc.

Pas de chance, ma femme est allergique aux fourrures.

Alors j'ai acheté un bonsaï.

Un bonsaï, ça a beaucoup d'avantages: n'a pas de fourrure, pas de bouffe, pas besoin de le sortir. Juste de l'arroser tous les deux jours.

Pour le moment, il perd des feuilles. En fait, il est convalescent, car il a subit un choc: je viens de le rempoter.

lundi, février 13, 2006

Lectures du jour

Bob a écrit un très beau billet concernant la Foi. C'est à lire ici.

Et sur Fils de Chrétienté, on peut lire un très beau texte concernant l'Homme. Oui, nous sommes médiocres très souvent, mais malgré tout, Dieu a envoyé son Fils pour nous sauver. Dieu est bon!

"Je prie le Rosaire" en Une!

... de Chrétienté Info.

C'est une très bonne nouvelle :-) C'est ici.

Merci à eux.

vendredi, février 10, 2006

L'initiative "Je prie le Rosaire"

Pour le 101ème billet, je peux annoncer l'intiative "Je prie le Rosaire".

Cette initiative est semblable à l'initiative Je prie l'Angélus. Elle consiste à promouvoir la prière du Rosaire auprès des internautes.

Il faut pour participer afficher un petit bouton sur son site ou son blog. Il y en a pour le moment deux au choix, mais je vais peut-être en dessiner d'autres:


En cliquant sur un bouton, l'internaute est renvoyé vers le blog Je prie le Rosaire, où il peut trouver la présentation de l'initiative ainsi qu'une courte introduction au Rosaire, et les prières nécessaires.

Je voudrais remercier Bartalin pour ses conseils ainsi que les bloggeurs qui participent déjà.

S'il y a des précisions qui manquent, des erreurs, des fôtedor tograffe, des liens cassés etc. sur Je prie le Rosaire, faites-le moi savoir ici sur Dieu seul! ou contactez-moi: dieuseul at gmail.com.

Cordialement,

Mickaël

lundi, février 06, 2006

One cent

Un mauvais jeu de mot en anglais pour fêter mon centième post. Cool.

C'est l'occasion pour moi de faire le point.

"Prenez un arbre bon : son fruit sera bon ; prenez un arbre gâté : son fruit sera gâté. Car c'est au fruit qu'on reconnaît l'arbre." nous dit le Seigneur (Mt 12, 33).

Alors, les fruits de ce blog?

La réflexion que je mène pour chaque billet ancre en moi davantage la dévotion et renforce ma foi. Ce n'est pas que je doute ou que j'ai douté. Non, pas du tout. Euh, c'est simplement que les choses spirituelles deviennent plus concrètes, plus accessible à mon intellect, alors qu'auparavant je les connaissais avec le coeur (c'est incroyable qu'avec Bac+4 je ne sois pas fichu de mieux décrire les choses... j'ai dû avoir ma maîtrise dans une pochette surprise, je ne me souviens plus). C'est un exercice intéressant, que je conseille à tous les catholiques non-blogueurs.

J'ai découvert la blogosphère catholique, qui se développe, et qui est très intéressante et enrichissante.

J'espère que c'est intéressant et que les fruits sont bons aussi pour vous, chers lecteurs. Et merci de votre intérêt.

Des blogs, ça fait du travail

Alors, voilà ce que j'ai sur le tapis: finir la 4ème partie de la préparation à la consécration et continuer mon blog sur le Rosaire. Il faut réfléchir, et ça prend du temps :-p

Et puis on a signé pour le nouvel appartement. Ça fait une somme! Demain matin, je vais à la banque pour arranger ça...

samedi, février 04, 2006

Caricatures: Chirac intervient

Ça manifeste et ça rouspète dans le monde musulman! A propos de douze malheureux dessins, plutôt bêtes et malfoutus.

Je peux, dans une certaine mesure, comprendre la colère des personnes affectées dans leur foi: en effet, nous autres cathos on s'en prend plein la figure assez souvent. Et si nous protestons, nous avons droit à un amalgame avec des idéologies criminelles.

Et que dit Chirac à propos des caricatures? Et bien il "appelle donc chacun au plus grand esprit de responsabilité, de respect et de mesure pour éviter tout ce qui peut blesser les convictions d'autrui". (source)

Un bon point pour les musulmans.

Ce que je me demande, c'est pourquoi la religion de la majorité des français n'est pas respectée, et quand un artiste se permet de blasphémer, nous ne recueillons aucun soutient des politiciens, au nom de la "liberté d'expression"? Par exemple, a-t-on entendu Chirac lors de la controverse du film Amen?

Est-ce que, à la différence des musulmans, nous ne sommes pas considérés comme des êtres humains par les classes politique et médiatique?

jeudi, février 02, 2006

l'Angélus au bureau

Hier j'étais au bureau, et à midi pile mon téléphone a sonné: c'était l'heure de l'angélus. Bien, la porte était fermée, je commence. J'ai à peine fini de dire mon premier Je vous salue Marie que quelqu'un frappe à la porte: c'était mon chef de projet. J'ai eu le temps de prendre une pose "normale" avant qu'il ne rentre. Pas de problème de ce côté là.

Mais enfin, c'est marrant car son bureau est à 5 minutes de marche du mien et que la prière me prend trois minutes. C'est vite dit, mais non, c'est quand même possible d'être dérangé.

J'ai finalement pu prier après qu'il soit parti, soit vingt minutes plus tard.

J'ai le vertige

Ben dis donc... Pour répondre à mon dilemme d'hier, nous allons acheter l'appartement. Merci mon Dieu, merci Marie. Mais ça fait une somme. J'espère qu'on arrivera à faire mieux que de manger des nouilles pour payer tout ça. A la grâce de Dieu.

Et pour le boulot à Paris, on verra... Ce sera peut-être possible de louer l'appartement à des étudiants?

mercredi, février 01, 2006

Dilemme

Drôle de journée.

Ce matin, j'avais dans ma boîte de réception un email m'offrant du travail à Paris. C'est un travail qui correspond bien à mes compétences. Le truc c'est que c'est pour 18 mois, alors que je suis en CDI ici. Mais Paris c'est quand même bien. Et que mes responsabilités vont bien plus loin que le boulot de programmeur qu'on me propose. Mais le salaire sera peut-être mieux.

Plus tard, ma femme m'a appelé pour me dire qu'on pouvait avoir un appartement cinq pièces, alors que là nous vivons à cinq dans un trois pièces. J'avais confié à Notre Dame l'obtention de cet appartement, ce qui fait que je me sens un peu gêné de dire non à l'appartement pour partir à Lutèce.

Que faire?