mardi, janvier 30, 2007

Inscription de l'abolition de la peine de mort dans la Constitution

C'est très bien. Et cela s'appuie sur une large majorité de députés, cela dépasse les clivages politiques.

Mais c'est quelque peu incompréhensible de voir qu'au moment où l'on va définitivement écarter la peine capitale, le Parti Socialiste fait un pas de plus dans la culture de mort en soutenant ouvertement l'euthanasie.

En fait je cherche la logique dans tout ça : le criminel évite la décapitation (ce qui est un progrès), mais l'innocent est tué dans le sein de sa mère, et les plus faibles vont pouvoir être euthanasiés.

L'État ne doit-il pas protéger le faible et l'innocent? Avons-nous perdu la raison ?

Le Grand Silence : le succès se confirme

... avec 120 000 entrées entre le 20 décembre et le 28 janvier.

samedi, janvier 27, 2007

Catholique TV

Chrétienté.info vient de lancer Catholique TV:
Devant le flux continu d’images qui s’imposent à nous sur le net, il est devenu urgent de trier... Tout catholique se doit de refuser ce qui heurte l’âme et de cultiver ce qui l’élève.

Dans le but de vous y aider, nous avons imaginé un canal vidéo de confiance... une "télévision" qui aurait pour seul objectif de participer à votre élévation, d’alimenter votre Foi, votre culture de ce qui est Bon et Vrai.


Après Télévision Sel+Lumière, un bonne chose de plus à regarder.

jeudi, janvier 25, 2007

Journal TV catho en ligne!

Télévision Sel+Lumière est une chaîne de télévision catholique canadienne qui émet depuis 2003. Sel+Lumière est l'un des fruits des JMJ 2002 de Toronto.

L'idée derrière cette télévision est de corriger le déséquilibre entre la part des catholiques dans la population canadienne (plus de 40%) et leur place pour le moins minime dans les médias.

Depuis deux jours, S+L diffuse Zoom, un journal d'information quotidien. On peut le voir ici.

Le blogue de la rédaction est aussi en ligne.

Une bonne façon d'utiliser les nouvelles technologies.

mardi, janvier 23, 2007

Abbé Pierre: Réaction du Cal Barbarin

Une dépêche AFP concernant la réaction du Cardinal Barbarin à la mort de l'abbé Pierre, dépêche que je n'ai vu reprise nul part.

Il est vrai que pour nos chers médias, l'abbé Pierre est un héro laïc et pas un prêtre, ou alors un prêtre en conflit avec la hierarchie. Les réactions de catholiques ne les intéressent pas.


LYON, 22 jan 2007 (AFP) - Abbé Pierre: "Encore plus qu'un au revoir, un immense merci" (Mgr Barbarin)

Le cardinal Philippe Barbarin, archevêque de Lyon, a exprimé lundi "encore plus qu'un au revoir, un immense merci" à l'Abbé Pierre, décédé lundi à l'hôpital du Val de Grâce à Paris.

"L'émotion est très grande à Lyon puisque c'est ici (dans le quartier populaire de la Croix-Rousse) qu'il est né", le 5 août 1912, et qu'il est ordonné prêtre en 1938 dans la chapelle du collège jésuite, a rappelé le primat des Gaules lors d'une conférence de presse.

Une messe, suivie d'une veillée, sera célébrée jeudi à 19h00 en l'église Saint-François-de-Salles de Lyon, dans le quartier bourgeois d'Ainay où Henri Grouès, futur Abbé Pierre, a grandi, a ajouté Mgr Barbarin.

"Il a été toute sa vie le défenseur des pauvres, il s'est occupé des autres toute sa vie et, jusqu'au bout, l'Abbé Pierre est resté un véritable apôtre", a déclaré le cardinal Barbarin, en appelant chaque chrétien à prendre "exemple" sur le fondateur des compagnons d'Emmaüs et à "sortir de son égoïsme".

L'archevêque de Lyon a également rappelé la visite qu'il avait faite à l'Abbé Pierre l'an dernier, durant laquelle tous deux avaient longuement discuté. "Il était très serein par rapport à la mort qui, pour lui, n'était rien de plus que +la rencontre avec un ami+", Dieu, a souligné Mgr Barbarin.

"C'était un génie de la Charité", a conclu le cardinal lyonnais, en rappelant que le combat de l'Abbé Pierre, "le combat de toute sa vie", avait été les pauvres, le logement et la mixité sociale.

vendredi, janvier 19, 2007

Des prêtres, religieux et religieuses, des pasteurs, honorés comme « Justes »

ROME, Jeudi 18 janvier 2007 (ZENIT.org) – Des prêtres, religieux et religieuses, des pasteurs, honorés comme « Justes », mais aussi des « laïcs » catholiques : Hommage de la Nation aux Justes de France. Nous avons repris seulement quelques exemples, certains cités par le président de la République française.

Lors de la célébration de ce jeudi 18 janvier à Paris, au Panthéon, en présence du président de la République, M. Jacques Chirac, la France a en effet rendu hommage aux « Justes parmi les Nations » de France qui ont sauvé des juifs pendant la seconde guerre mondiale, en dépit de la terreur nazie.

Aujourd’hui le site de Yad Vashem indique la reconnaissance de 2725 Justes reconnus en France sur les 21308 honorés en Europe (cf. yadvashem.org).

On connaît le nom et l’action de l’archevêque de Toulouse, Mgr Jules-Gérard Saliège, qui a notamment protesté auprès du gouvernement de Vichy contre le sort réservé aux juifs, et agi concrètement pour sauver des vies, avec son auxiliaire, Mgr de Courrèges. Son « courage » a été mentionné par le président de la République, qui a souligné l’action de l’évêque dans ses lettres pastorales décisive pour la prise de conscience des catholiques.

Un autre évêque du sud-ouest a également été reconnu « Juste », Mgr Pierre-Marie Théas, archevêque de Montauban, qui a notamment abrité à l’évêché des organisations de sauvetage des juifs.

Mgr Gabriel Piguet, évêque de Clermont pendant la guerre, a également été reconnu comme « juste » (cf. Zenit du 22 juin 2001).

Mgr Gabriel Piguet, reste le seul évêque français à avoir été déporté par les nazis de 1944 à 1945. Un livre intitulé: "Monseigneur Piguet, un évêque discuté", écrit par un prêtre de Clermont, le P. Martin Randanne et Marc-Alexis Roquejoffre, est préfacé par Mgr Hippolyte Simon, évêque de Clermont. Le livre contient des récits, des documents témoignant de l'engagement particulier de l'évêque envers ses contemporains de confession juive ou de résistants recherchés par la gestapo

Le 28 mai 1944, l'évêque est arrêté. Il quitte son diocèse pratiquement seul. Il reviendra sous les applaudissements. Une lettre écrite par Mgr Piguet, le 10 octobre 1943 témoigne de la protection qu'accorda l'évêque à un prêtre réfugié. Après dénonciation, Mgr Piguet fut arrêté par la gestapo qui, par contre, n'a jamais soupçonné Mgr Piguet d'avoir aidé les Juifs.

Agnès Varda, dans son film d’hommage aux Justes, présenté au Panthéon, mentionnait aussi un autre « Juste » de France, le P. Pierre Chaillet. La parution du premier numéro de Témoignage chrétien, une revue publiée par lui dans la résistance, date du 16 novembre 1941. Dans les quatorze numéros qu’il publiera jusqu’en août 1944, il exhorte à la résistance et met en avant l’idée que la lutte contre le nazisme fait partie de l’idéal chrétien :
«(...) en tant que chrétiens, nous ne nous plaçons absolument pas sur le même plan que ceux qui ne voient dans Hitler que le "boche" représentant l'ennemi héréditaire ou encore le faux socialiste. (...) En tant que chrétiens nous sommes actuellement en lutte contre le nazisme.»
Dans le cadre de l’association de résistance qu’il a créée : « Amitié Chrétienne », il sauve des dizaines de vies juives en fournissant faux papiers, lieux de refuge, tickets de rationnement. Il participe également à l’évacuation d’enfants Juifs vers l’Espagne et la Suisse. Yad Vashem lui a décerné le titre de Juste parmi les Nations.

Le président de la République mentionnait également dans son discours les religieuses catholiques et ces « curés savoyards » devenus « passeurs » pour sauver des vies.

Un religieux capucin français, le Fr Marie-Benoît, aida des centaines de juifs à gagner la Suisse et l'Espagne à partir du sud de la France. Traqué par la gestapo, il s'enfuit à Rome où il poursuivit son travail de sauveteur depuis son bureau au collège des Capucins, en coordination avec la principale organisation sociale juive (Delasem). Personnage légendaire, il fut surnommé le "père des juifs" par ceux qu'il sauva.

Mère Marie Skobtzova, une révolutionnaire russe devenue religieuse, résidait à Paris. Elle souffrit le martyr dans le camp de concentration de Ravensbruck pour avoir dirigé un réseau d'aide aux juifs dans la région parisienne.

Il faudrait aussi citer le P. Jean Fleury, qui, même après la guerre, président du Comité des Oeuvres Sociales de la Résistance, et qui continua d’aider les survivants.

Parmi les exemples protestants les plus connus, la communauté du Chambon-sur-Lignon abrita des milliers de juifs pendant une longue durée et en aida certains à se rendre en Suisse. Cette histoire a inspiré le film diffusé le 18 janvier sur France 3: « La colline aux mille enfants ». Le pasteur André Trocmé et sa femme, Magda, ont été déclaré « Justes » en 1971.

Il faudrait également citer le pasteur Jean Séverin Lemaire, de Marseille, bibliste.

Pour ce qui est des autres Nations, des prêtres catholiques ou des membres de communautés religieuses, en Belgique, en Italie, en Pologne, etc., des couvents ont abrité des juifs au péril de leur vie.

A Rome, par exemple, Pie XII avait donné l’extraterritorialité aux couvents, comme celui des Soeurs de Notre-Dame de Sion qui ont hébergé des femmes juives dans leur couvent, sous l’habit religieux, et les hommes dans le jardin, dans leur serre, ainsi que des enfants. L’Etat d’Israël a décoré les supérieures de l’époque, à titre posthume (Zenit du 4 février 1999).

Sr Virginie Badetti et Sr Emilia Benedetti, religieuses de Notre-Dame de Sion, ont en effet été inscrites comme " Justes parmi les Nations " pour avoir sauvé 187 Juifs de la déportation, à Rome, pendant l'occupation nazie. Le 4 février 1999, l'ambassadeur d'Israël à Rome, M. Yehuda Millo, a remis les médailles décernées aux deux religieuses à la Supérieure générale, Sr Mechtild Wahle, allemande, en présence de nombreuses personnalités juives et catholiques, et en particulier, une douzaine de personnes Juives, qui ont profité de l'hospitalité inconditionnelle des Religieuses de Sion, à Rome, sur la colline du Janicule.

Neuf jésuites ont été déclarés « Justes ». Le Conseil de Jérusalem pour la sauvegarde de la mémoire des Martyrs et des Héros de l'Holocauste a en particulier conféré le titre officiel de Juste parmi les Nations au Père Adam Sztark, S.J. (1907-1942).

Le P. Sztark a été directeur du Sanctuaire marial de Zyrowice et aumônier de l'Hôpital de Slonim (Biélorussie). Il mit sa vie en danger pour assurer un refuge à des enfants et à des adultes juifs. Pour pénétrer dans une prison et y administrer les sacrements, il se déguisait parfois en policier. Arrêté en 1942, il fut exécuté le 19 décembre de la même année.

Le nom du P. Sztark figure sur la liste des Justes parmi les Nations à côté du nom de huit autres jésuites, cinq français, un hongrois et deux belges, dont le P. John B. Janssens (1889-1964), vingt-septième Général de la Compagnie de Jésus.

Enfin, des laïcs, chrétiens ou non, ont participé au sauvetage. La cause de béatification d’un policier italien catholique, Giovanni Palatucci, questeur à Fiume, a été introduite à Rome. Il est mort à Dachau après avoir sauvé des milliers de vies en particulier en collaboration avec son oncle, évêque dans le sud de l’Italie. Policier de Fiume, il a chargé de tenir les registres des immigrés et des réfugiés, leur fournissait de vrais papiers, sous de fauses identités et entretenait un savant désordre dans les fiches qu’il était censé tenir à jour. Il a été déclaré « Juste » en 1990.

jeudi, janvier 18, 2007

Le grand silence : sur la voie du succès


Selon l'article du monde lié ci-dessous, le documentaire le Grand Silence rencontre un joli succès (86 000 spectateurs depuis le 20 décembre), si l'on considère qu'il ne diffuse que dans deux salles à Paris, et que le nombre de copies circulant en province n'est que de 26 (il était de 10 auparavant).

Comme quoi, la religion catholique touche encore pas mal de monde...



mardi, janvier 16, 2007

Je prie l'Angélus sur Blogger 2

Ça y est, j'ai migré Je prie l'Angélus de la vieille plateforme Blogger à la nouvelle.

C'est à la même adresse qu'avant, donc cela devrait être transparent pour les utilisateurs.

Lectures et saint(s) du jour, liturgie des heures sur Dieu seul !

Je viens de faire une petite mise à jour de la colonne droite du blog:

  1. Un lien pour connaître le saint du jour (attention popup!)

  2. Un lien pour lire les lectures du jours (attention popup là aussi!).
    Ces deux services sont fournis par L'Evangile au Quotidien.

  3. La Schola Saint Maur propose la liturgie des heures en ligne (!), avec ce joli petit bouton ( ) comme lien, que j'ai placé dans la section "Prières".
    Il est même possible de s'abonner pour recevoir l'Office divin par e-mail.


lundi, janvier 15, 2007

Suite de l'affaire Wielgus

Un article de Libération revient sur cette affaire.

On peut noter que:
Dans un tardif repentir, Mgr Wielgus avait affirmé s'être confessé au pape. Il semble qu'il ne lui ait pas tout dit. Selon la presse italienne, Benoît XVI n'a pris connaissance des documents que dans la nuit précédant la cérémonie d'investiture de l'évêque. Il a aussitôt pris la décision de le démettre. «Benoît XVI a lui aussi été trahi», explique le père Tadeusz Isakowicz-Zaleski, qui milite en solitaire pour que la vérité soit faite dans l'Eglise polonaise.

Le père Tadeusz Isakowicz-Zaleski, dont j'ai déjà parlé ici, a lui même été victime de la police secrète communiste, la SB, pour son soutient à Solidarité.

A propos des problèmes de collaboration de prêtres avec la SB :
Le problème de la collaboration ne touche, selon l'IPN (NDB: Institut national de la mémoire ), qu'une poignée de prêtres. «Tous les prêtres étaient sous pression de la SB, mais seulement 10 % ont signé des déclarations de collaboration qui, pour beaucoup, ne se sont jamais concrétisées [...]. L'Eglise polonaise, contrairement aux Eglises tchèque ou allemande, est sortie du régime communiste la tête haute.»

Pour éviter qu'un tel scandale ne se reproduise, l'Eglise de Pologne à décidé de passer au crible le passé des évêques polonais.

samedi, janvier 13, 2007

Persécution : une jeune écolière anglaise se voit interdire le port du crucifix

Selon le Daily Mail, les professeurs d'un établissement scolaire de Gillingham (sud-est de l'Angleterre) veulent interdire le port du crucifix pendant les cours à une jeune catholique de 13 ans, Samane Devine, au motif que
le port du crucifix enfreignait les règles de sécurité et d'hygiène (!)

Par contre, les élèves musulmans et sikhs peuvent garder leurs symboles religieux.

La famille à décidé de combattre cette décision discriminatoire.

La dépêche AFP est en ligne ici (via BAFWEB).

vendredi, janvier 12, 2007

L'Eglise polonaise n'a rien à craindre

Selon le père Tadeusz Isakowicz-Zaleski, qui est le premier a avoir demandé à l'Eglise polonaise de faire la lumière sur le passé trouble de certains prêtres :
"L'Eglise n'a vraiment rien à craindre, seulement 10% des prêtres ont collaboré. Les autres sont sortis du régime communiste la tête haute. Il aurait été temps il y a quelques années d'avouer les quelques cas de collaboration, dans le calme, et demander pardon, un pardon que la société aurait certainement accordé. Quand il y a dix ans, un prêtre a avoué avoir fait des rapports sur moi, je n'ai pas hésité de lui pardonner, notre foi c'est la Miséricorde et la vérité."
(source)

mercredi, janvier 10, 2007

Une drôle de leçon d'histoire


Un certain malaise en regardant l'image de la page d'accueil de la section "Découverte" de Gallica: en effet, le Moyen-Âge, quand la foi était un élément fondamental de la vie quotidienne, ne s'y résume qu'à la peur de l'enfer et à la guerre, tandis que les athées Diderot et Karl Marx y ont par contraste l'air sympathique.

Ceci se trouve sur le site de la Bibliothèque Nationale de France.

Comment donc évangéliser quand la version étatique de l'histoire donne une image biaisée du passé chrétien de la France ?

mardi, janvier 09, 2007

L'Internet contre le journalisme "établi" ?

Sylvain Attal est journaliste et blogueur. Il a publié dans le Monde une réponse à un article de Jean-Pierre Elkabbach, qui s'inquiète de la multiplication des blogs pour l'avenir de la presse. L'article original de M. Attal se trouve sur son propre blog, en entier, et n'en est que plus intéressant. En plus, il y a des commentaires.

Patrice de Plunkett est partage le même avis que Sylvain Attal.

Je ne vais pas résumer l'article de M. Attal, il est bien trop riche pour le faire tenir en quelques lignes.

Je reprendrai un point seulement, pour y mettre un bémol:
L'une des raisons pour lesquelles la France compte un tel nombre de blogs- et probablement davantage qu'aux Etats-Unis si on le rapporte au nombre d'habitants- s'explique par la déception des citoyens dans les medias "dominants".

Il est sans doute vrai que nombreux sont ceux qui ne s'intéressent plus aux médias traditionnels, et se tournent vers les blogs pour trouver l'information. Il est aussi sans doute vrai que nombre de ces déçus décident de prendre les choses en main pour corriger le tir. Et réussissent parfois à concurrencer ces médias.
Mais cet argument n'est pas forcément le plus pertinent : un grand nombre de blogs français sont ce que les blogs ont toujours été, c'est à dire des journaux personnels publiés sur le Net. Et qu'ils n'ont pas d'autre intérêt. On peut prendre comme exemple la plupart des blogs hébergés sur Skyblog.

Quoiqu'il en soit, l'establishment ne sait que faire devant ce nouveau phénomène.

On peut même se demander s'il l'a compris. Bernard-Henri Lévy, dans sa rétrospective de l'année 2006 dans le Point, réduit les blogs à un vulgaire nombrilisme :
C'est l'année des blogs justement, c'est-à-dire du nombrilisme planétaire.

C'est l'année, cependant, où le nombre des ex-bloggers a rejoint celui des bloggers - preuve que le nombrilisme n'est peut-être pas, tout compte fait, un journalisme.

Parallèlement, on apprend que BHL vient d'investir dans Libération...

lundi, janvier 08, 2007

Joyeux anniversaire : "Je prie l'Angélus"

Joyeux anniversaire... en retard.

Et bien voilà, le 6 janvier 2006 était lancé un petit blog de rien du tout : Je prie l'Angélus.

L'idée était de promouvoir la prière de l'Angélus auprès des internautes, et pour cela en invitant blogueurs et webmasters à mettre ce petit bouton sur leur page web:


En un an et deux jours, le site à reçu plus de 5 500 visites, et ces derniers temps il reçoit en moyenne 24 visites quotidiennes.

Merci à tous les participants, dont j'espère que le nombre va continuer d'augmenter. Selon Technorati, 18 blogs ont le bouton. Je ne sais pas combien de sites, qui ne sont pas surveillés par Technorati, l'ont aussi.

La prochaine étape consiste à migrer le blog vers la nouvelle plateforme Blogger.

Le Grand Silence : Interview de Philipp Gröning, réalisateur du film

Aïe aïe aïe. Une vie un peu loin de l'Internet m'a fait louper une interview de Philipp Gröning, sur inXL6.org, le portail "jeune" de l'Eglise Catholique en France.

Bon, je ne sais pas si je rentre toujours dans la catégorie "jeune", mais en tout cas j'aime bien aller sur inXL6 de temps en temps (est-ce parce que je ne suis plus "jeune" que je n'y vais pas plus souvent ?).

P. Gröning parle de sa relation à la foi chrétienne, du processus de création du film, et de la difficulté du montage afin que le film ait un bon rythme.

La citation que je préfère, c'est:
Est- ce que vous pensez que ce film peut aider certains jeunes qui réfléchissent à leur vocation ?
Certainement. Ca peut aider les jeunes qui réfléchissent sur leur vocation mais pas justement dans le sens des jeunes qui réfléchissent sur leur vocation de moine ou de moniale mais aussi sur les jeunes qui réfléchissent sur ce qu’ils veulent faire avec leur vie. Parce que c’est quelque chose à quoi tout jeune doit penser. Et cela surtout parce que le film montre d’un côté que ce choix absolu d’être moine contemplatif c’est possible dans notre culture, il ne faut pas être bouddhiste pour ça. Et de l’autre côté ça montre que l’occident n’était jamais une culture basée sur le travail.

Voilà : le film montre que nous avons les ressources spirituelles pour étancher notre soif d'absolu, et d'autre part que la civilisation chrétienne ne consiste pas à nous enfermer dans une vie de producteur-consommateur, Dieu nous appelle à beaucoup mieux que cela : la sainteté.

On le savait déjà, mais ça va mieux en le disant :-)

samedi, janvier 06, 2007

Adieu la Fnac

La Fnac, tout le monde connait. C'est un vaste supermarché du "culturel" et de la technique. Enfin supermarché... en s'installant en centre-ville, ils ont su garder un aspect de grand magasin, qui en général à l'air assez sympa.

Moins sympa quand j'étais métalleux, c'était le vigile qui venait mettre son nez sur mes doigts, quand je faisais défiler la liste des CD de hard-rock pour voir ce qu'il y avait de neuf. J'avais une veste en jean avec patches et dossard AC/DC, ça devait faire de moi un voleur potentiel à ses yeux.

Enfin bref. J'y étais l'autre jour, en visite rapide. Je voulais voir ce qu'ils avaient à offrir au rayon religion (bien sûr). Suite à cet immonde calendrier de l'Avent, je n'étais cependant pas très positif pour leur acheter quelque chose, mais bon, on peut trouver une perle rare, alors...

Alors j'ai trouver un livre intéressant sur une étagère, dont je reparlerai plus tard (du livre, pas de l'étagère), mais le prix relativement élevé (17 €) m'a retenu de l'acheter, j'ai voulu réfléchir un peu.

En partant, j'ai regardé les bouquins sur le présentoir : du bon et du moins bon. Et là, à quelques jours de Noël, au beau milieu de ce présentoir, se trouvaient plusieurs exemplaires de la Bible Satanique d'Anton LaVey.

Ce fut la goutte qui fait deborder le vase! J'ai donc décider de voter avec mon porte-monnaie, et, désormais, de ne plus acheter à la Fnac.

Après quelques jours de réflexion, j'ai décidé d'acheter le livre qui m'intéressait, mais dans une autre librairie, où il n'y avait pas de Bible satanique en vente.

lundi, janvier 01, 2007

Meilleurs Voeux 2007

Le bonheur et la santé à toutes mes lectrices et tous mes lecteurs.

Et pour le monde, la paix et la fin de la faim.

Et comme l'année dernière :
Que Notre Seigneur Jésus-Christ règne dans les coeurs, que sa Sainte Mère soit plus aimée, servie et honorée, et que les idéologies de mort soient défaites.